in

Bâiller est contagieux entre l’homme et le chien : un détail qui veut dire beaucoup…

Crédits : Sanjagrujic / iStock.

Une équipe de chercheurs a mis au point une expérience des plus intéressantes afin d’étudier les bâillements du chien et de l’homme. Chez les êtres humains, bâiller est un phénomène contagieux, on le sait bien. Mais apparemment c’est aussi le cas entre vous et votre toutou et ça cache beaucoup de choses… 

Le mystère des bâillements

Le mécanisme et le rôle exact des bâillements restent encore un grand mystère pour la science. Toutefois, différentes théories ont été émises. Il pourrait par exemple s’agir d’un comportement de meute visant à synchroniser l’état d’esprit et l’activité des bêtes d’un même groupe.

Bâiller est un réflexe très commun. On le retrouve chez beaucoup d’animaux. Néanmoins, transmettre ses bâillements à un autre individu de son espèce est quelque chose de moins fréquent dans la nature. En tous cas, on ne l’a démontré que chez l’homme, le chien, la perruche ondulée (un oiseau) et chez quelques singes. Quant à la transmission de bâillements entre deux espèces différentes, elle a été encore moins étudiée.

Une étude intrigante

Des chercheurs de l’université de Tokyo, menés par le Dr. Teresa Romero, ont effectué une expérience sur la contagiosité des bâillements entre les êtres humains et les chiens. Leur travail porte sur 25 animaux.

Chaque chien a été exposé à quatre situations différentes :
– Le maître bâille.
– Un étranger bâille.
– Le maître fait des mouvements buccaux quelconques.
– Un étranger fait des mouvements buccaux quelconques.

Les scientifiques ont alors compté le nombre de fois que cela provoquait des bâillements chez les animaux. Par ailleurs, ils ont également mesuré leurs fréquences cardiaques au fil du test.

chien bâillement
Crédits : Rawpixel.com / Freepik.

Bâiller, c’est contagieux, y compris pour les chiens !

Il s’avère que les boules de poils bâillaient bien plus quand la personne bâillait (comparé aux mouvements buccaux quelconques). La réaction des chiens n’était donc pas une réponse à n’importe quelle ouverture de bouche, sinon il n’y aurait pas eu de différence. Ce sont bel et bien les bâillements des hommes qui ont poussé les toutous à faire de même.

Une autre expérience anglaise assez similaire effectuée 5 ans auparavant avait donné des résultats qui allaient dans le même sens : les sujets canins ne bâillaient jamais suite aux mouvements buccaux des sujets humains, par contre ils bâillaient dans 72% des cas suite à leurs bâillements. C’est un chiffre très élevé. Il est même supérieur à ceux rapportés entre deux hommes (45-60%). Les chiens semblent donc particulièrement bien connectés aux humains.

On est plus sensibles aux bâillements des gens qu’on aime

Dans l’étude japonaise, les chiens bâillaient beaucoup plus souvent quand ils voyaient leur maître bâiller que quand ils voyaient l’étranger bâiller. Cette tendance a également été démontrée chez l’homme dans d’autres expériences. On bâille davantage en réponse aux bâillements des personnes auxquelles on tient.

Voilà, vous n’avez plus qu’à tenter de bâiller face à votre chien pour voir si cela le pousse à faire de même ! Néanmoins, ne vous offusquez pas si ça n’est pas le cas, ça ne veut pas forcément dire qu’il ne vous aime pas, ceci est bien évidemment à relativiser, ce ne sont que des tendances et il y a de la variabilité individuelle.

chien bâillement
Crédits : VladimirFLoyd / iStock.

Les bâillements contagieux liés à la capacité d’empathie ?

Les chercheurs ont émis deux hypothèses qui pourraient expliquer la contagiosité des bâillements. Tout d’abord, il pourrait s’agir d’un mécanisme modulé par le stress. Cependant, dans cette expérience, la fréquence cardiaque des animaux est restée stable, ce qui indique qu’ils n’étaient pas stressés.

Une autre option est que ce mécanisme serait lié à l’empathie. En effet, beaucoup d’autres expériences ont mis en évidence un lien entre cette faculté et les bâillements contagieux. Pour commencer, chez l’homme, ces derniers vont de pair avec l’activation des neurones responsables de l’empathie et des compétences sociales. Des chercheurs ont aussi montré que les gens ayant un meilleur score d’empathie étaient plus sensibles à la contagiosité des bâillements. De plus, les personnes autistes, qui ont une empathie un peu différente, ont également une réponse aux bâillements assez différente. Pour finir, comme vu précédemment, l’attachement à un individu (qui est associé à l’empathie) augmente la probabilité de bâiller après lui.

Le chien et l’homme : une équipe de choc

En conclusion, on peut dire que les toutous et les humains sont souvent sur la même longueur d’onde. Ils sont très en phase et se coordonnent dans de nombreux domaines, y compris celui des bâillements. Et c’est bien plus qu’une simple ouverture de bouche matinale. Il semblerait que ce processus soit lié à un élément bien plus profond, l’empathie, et qu’il soit influencé par l’affection entre les boules de poils et leurs maîtres. Eh oui, la prochaine fois que vous et votre chien bâillerez à l’unisson, il pourrait bien s’agir d’une véritable déclaration d’amour !

chien bâillement
Crédits : Daniel Lincoln / Unsplash.