in

Coronavirus : les chinois défoncent des portes pour sauver les chiens piégés

Crédits : dramitkarkare/Pixabay
Rate this post

Depuis que le coronavirus a envahi la Chine, le décompte des malades s’élève de jour en jour. Toutefois, ce virus peut aussi nuire de bien d’autres manières…

Beaucoup d’animaux de compagnie sont pris au piège

Le 23 janvier, lorsque le ville de Wuhan (l’épicentre de l’épidémie) a été mise en quarantaine, de nombreux locaux étaient partis en vacances pour célébrer le nouvel an lunaire. Ils n’ont donc pas pu retourner chez eux. Or, bon nombre y avaient laissé leurs animaux de compagnie… Ces pauvres bêtes se sont retrouvées enfermées dans des appartements vides. Il va sans dire que leurs provisions d’eau et de nourriture vont très vite s’amenuiser et qu’elles risquent de mourir de faim ou de soif.

On estime que 5 millions de chinois avaient quitté la ville et que 50 000 animaux de compagnie se sont retrouvés piégés. Il faut ajouter à ces chiffres ceux des autres chinois qui à l’inverse se sont rendus à Wuhan pour les célébrations et sont restés bloqués en quarantaine loin de chez eux, laissant leurs chiens à leur triste sort.

chien à la fenêtre
Crédits : Ethan Kent/Unsplash

Les chinois rentrent par effraction pour sauver les animaux

Un habitant de Wuhan se faisant appeler Lao Mao a donc décidé de prendre les choses en main. Avec l’accord des propriétaires, il a commencé à s’introduire par effraction dans les appartements pour sauver les boules de poils prises au piège. Le quadragénaire a dû escalader des tuyaux rouillés pour atteindre des balcons au troisième étage, briser des fenêtres, défoncer des portes…

Ce véritable sauveur retrouve souvent de pauvres bêtes dénutries, assoiffées et au bord de la mort. Il en ramène certaines chez lui. D’autres sont laissées dans leur appartement et des volontaires passent les nourrir régulièrement. Malheureusement, il arrive également que Lao retrouve des animaux ayant déjà succombé.

Des dizaines d’ONG sont en action

Mais Lao Mao n’est pas le seul héros de l’histoire. Il est a la tête d’une ONG « Wuhan Pet Life Online » qui comprend 6 équipes de sauvetage. Ces volontaires ont déjà porté main forte à des centaines d’animaux de compagnie. Et il existe une dizaine d’autres organisations effectuant un travail similaire. Toutefois, ces ONG sont submergées. Elles reçoivent des milliers de demandes et leurs équipes sont peu nombreuses. C’est une véritable course contre la montre pour réussir à arriver à temps.

Les propriétaires les contactent et les supplient d’aller sauver leur animal. Certains ont une porte d’entrée à code dont ils peuvent fournir le mot de passe. D’autres leur donnent des indications pour se procurer les clés ailleurs dans la ville. Et d’autres ne peuvent pas les aider, ce qui explique les acrobaties de Lao Mao.

chien à la fenêtre
Crédits : moshehar/Pixabay

Les réseaux sociaux à la rescousse

Le hashtag « save the pets left behind in Wuhan » (sauver les animaux de compagnie laissés à Wuhan) est devenu le troisième terme le plus recherché sur Weibo, le Twitter chinois. Des maîtres désespérés y rencontre des amis des animaux désireux d’aider. C’est également un outil précieux pour les ONG qui sont souvent contactées en ligne. Au milieu du chaos et de la panique, certains chinois s’unissent pour former de véritables réseaux d’entraide. Et des milliers de chiens leur doivent la vie.

Vous aimerez aussi :

USA : maltraiter un chien est désormais passible de 7 ans de prison. La France est à la traîne

Foxtrot, le chien humanitaire qui lutte contre le génocide des Rohingyas

Comment les Pays-Bas ont mis fin aux chiens errants ?