in

Covidog à Strasbourg : des chiens pour dépister le Covid-19 dans les lieux publics ?

Crédits :lolostock / Istock

Bien que nous sommes sortis du confinement, le Covid-19 n’est toujours pas vaincu. Il se pourrait qu’une épidémie réapparaisse dans les prochains mois. C’est pourquoi le monde scientifique continue ses recherches pour maîtriser le virus. Une idée est apparue ; pourquoi ne pas utiliser l’odorat extrêmement développé du chien pour dépister les personnes contaminées par le virus ? Des borders collie et des bergers allemands sont en cours d’entrainement…

Un projet pluridisciplinaire et français

L’Université de Strasbourg s’est lancé dans un projet qui pourrait bien nous sauver la mise si le Covid-19 se re-propage à grande vitesse. L’objectif ? Entraîner des chiens à reconnaître olfactivement des personnes contaminées par le virus. Ce dépistage se ferait dans les lieux publics, notamment à l’entrée des gares et des aéroports.

Trois strasbourgeois : un vétérinaire, un professeur de chimie et un spécialiste des virus ont décidé de se lancer dans ce projet. Ils se sont associés à deux start-up locales, spécialisées dans l’analyse et le stockage des odeurs. Ensemble, ils tentent de capturer l’odeur spécifique d’une cellule infectée par le Covid-19. Parallèlement, ils travaillent en étroite collaboration avec des vétérinaires spécialisés en comportements canins de Nantes et avec des maîtres-chiens pompiers de Chambéry et de Marseille pour entraîner les chiens à reconnaître des objets ayant été en contact avec le virus.

Le chien, un compagnon à l’odorat exceptionnel !

Grace à cette technique, nous pourrions dépister les personnes porteuses du virus sans avoir à insérer un coton-tige dans leur nez ! L’intérieur de la truffe d’un chien est composé de 200 millions de cellules olfactives, tandis que nous, simples humains, n’en avons que 5 millions !

chien nez museau truffe diabete flair
Crédits : Nicooografie / Pixabay

Ainsi, notre compagnon est capable de sentir les molécules volatiles que rejette une cellule. Et lorsqu’une cellule est infectée par un virus, celle-ci change de signature, ce qui permet au chien de différencier des cellules saines des cellules infectées. Le projet Covidog s’appuie sur ces recherches affirmées par une étude américaine de 2016 pour tenter d’identifier scientifiquement les composés organiques volatils (VOCs) qui se trouvent dans nos expirations.

Mais le projet manque de financement…

Il reste encore de nombreuses recherches à faire pour que le Covidog voit le jour. Mais l’Université manque de moyens et fait appel aux dons.

Cependant, Strasbourg n’est pas la seule ville à travailler sur ce type de projet. Des pompiers de Seine-et-Marne entraînent déjà cinq de leurs bergers malinois à reconnaître le virus. C’est aussi le cas au Royaume-Uni, où l’association Medical Detection Dogs travaille avec des chercheurs pour entraîner les chiens à identifier les différents stades du virus sur des patients malades.

Source

Vous aimerez aussi : 

Singapour : un chien robot dresse l’homme

Et si on enseignait l’empathie et le respect des animaux à l’école ?

Un chien thérapeute soulage les soignants