in

Le Parlement européen s’élève contre le trafic d’animaux de compagnie

Crédits : Sommail / iStock
5/5 - (1 vote)

En février, le Parlement européen s’est prononcé en faveur d’un plan d’action contre le trafic d’animaux de compagnie. Ce sont des mesures importantes pour le bien-être animal et pour la santé publique.

Le trafic d’animaux de compagnie

Il s’agit d’une pratique honteuse qui explose ces dernières années. Elle apporte beaucoup de revenus aux réseaux de crime organisé. Chaque mois, près de 46 000 chiens sont vendus entre les pays de l’Union européenne et la plupart sans être enregistrés.

Les animaux issus du commerce illégal ont souvent été élevés dans des conditions déplorables. Ils sont transportés pendant des heures, entassés dans des véhicules surchauffés, sans eau ni nourriture. Les trafiquants ne respectent pas les périodes de sevrage et ne sociabilisent pas les chiots, ce qui engendre de nombreux problèmes comportementaux à l’âge adulte.

De plus, ces animaux sont rarement en règle niveau vaccins et n’ont pas de suivi vétérinaire. Et pourtant, la médiocrité de leurs conditions d’élevage les expose d’autant plus aux maladies. C’est un problème de santé publique : non seulement la santé animale est mise en péril, mais il en va de même pour la santé humaine. Rappelons que 70% des nouvelles maladies émergentes de l’homme sont des zoonoses (elle se transmettent entre les êtres humains et les bêtes).

chiens en cage
Crédits : Tradol Limyingcharoen / iStock

Les mesures proposées

Le plan a été voté avec une majorité écrasante : 607 pour, 3 contre et 19 abstentions. Il appelle à adopter différentes mesures :

  • Un système d’enregistrement des chiens et des chats obligatoire et commun à tous les pays de l’UE. Cela permettrait d’avoir une meilleure traçabilité et de savoir d’où vient chaque animal.

  • L’adoption d’une définition européenne des établissements d’élevage commerciaux à grande échelle (aussi appelés « usines à chiots ») afin de mieux les encadrer.

  • Une application plus efficace de la réglementation, ainsi que des sanctions plus strictes envers les personnes qui l’enfreignent.

  • Encourager l’adoption (plutôt que l’achat) des chiens et des chats.

Chaque membre de l’UE a déjà ses propres legislations, toutefois le manque de règles communes et d’uniformisation entre les différents pays empêchent une lutte efficace à l’échelle internationale. Pourtant, une grosse partie des européens attendent des avancées en matière de bien-être animal. Selon un sondage effectué par l’Eurobaromètre, 74% d’entre eux estiment que les animaux de compagnie doivent être mieux protégés. Il est donc temps de mettre cela en application…

garçon qui serre un chien dans ses bras
Crédits : Freepik

Vous aimerez aussi :

Chine : manger des chiens et des chats pourrait bientôt être interdit à Shenzhen

Les galgos : d’adorables lévriers martyrisés en Espagne

USA : maltraiter un chien est désormais passible de 7 ans de prison. La France est à la traîne