in

Solidarité et coronavirus : les gens proposent de s’occuper des chiens des soignants

Crédits : STEEX / iStock
Rate this post

Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, une armée de blouses blanches s’active en coulisses afin de tous nous sortir d’affaire. Pour leur montrer notre reconnaissance, des initiatives solidaires fleurissent un peu partout dans le pays. Et certaines concernent les toutous des soignants, parce qu’aider un chien, c’est aussi aider son maître.

Les soldats de l’ombre

Derrière les murs des hôpitaux, bien loin des projecteurs et des caméras, le personnel médical livre un combat sans relâche contre le coronavirus. Médecins, aides-soignants, secrétaires médicales, pharmaciens, infirmières, techniciens médicaux… Ce sont tous des maillons essentiels d’une chaîne qui sauve des vies au quotidien.

Ils travaillent d’arrache-pied, jour et nuit, et ce dans des conditions plus que rudimentaires. Ils manquent de matériel, parfois même de masques ou de gants pour se protéger eux-mêmes. Car ce n’est pas seulement la sueur de leur front qu’ils offrent à la France. Les soignants risquent également leur vie pour sauver la nôtre. Et dans cette lutte acharnée, certains ont même péri un peu partout aux quatre coins du monde.

Médecins soignants coronavirus
Crédits : Freepik

Soutenir les soignants en s’occupant de leurs chiens

Tout ça, les Français l’ont bien compris. Ils essaient donc de remercier les blouses blanches. Des initiatives solidaires sont apparues un peu partout à travers le pays. Certaines concernent leurs animaux de compagnie. Beaucoup de gens proposent de les garder gratuitement. En effet, ça n’est pas toujours évident de s’occuper d’un chien lorsque les gardes se multiplient et qu’on passe tout son temps à l’hôpital.

La SPA de Lyon s’est donc mise au service du personnel de santé : elle propose de s’occuper des chiens de ceux qui le souhaitent aussi longtemps que nécessaire. Des chauffeurs peuvent même assurer leur acheminement jusqu’aux locaux de l’association. Une adresse email à été créée afin de gérer les demandes : sossoignants@spa-lyon.org.

« Le Resto des Zanimo », une ONG toulousaine, propose également de leur prêter main-forte. Les bénévoles peuvent promener les animaux des soignants, remplir leurs gamelles, leur apporter de la compagnie et même les garder pendant la nuit. Grâce à eux, un médecin a pu trouver quelqu’un pour s’occuper de son chien qui nécessitait une surveillance post-opératoire quotidienne. Toutefois, les ONG ne sont pas les seules à s’activer. De nombreux particuliers offrent aussi leur aide sur les réseaux sociaux.

chien
Crédits : Couleur / Pixabay

Une nuée d’initiatives solidaires

On l’a donc bien compris, le mot d’ordre c’est : solidarité avec les blouses blanches. Les restaurateurs leur envoient de bons petits plats, les supermarchés leur réservent un accès prioritaire, les professeurs donnent des cours à leurs enfants, les vétérinaires leur prêtent du matériel médical, les compagnies de scooters et de trottinettes électriques leur offrent des courses gratuites, les VTC renoncent à leur commission pour qu’ils aient des réductions (ex : le nouveau service Uber Medics)…

Au-delà de ces petits coups de pouce, les Français se mettent aussi à applaudir massivement les soignants à 20h, tous les soirs, un geste qui leur réchauffe probablement bien plus le cœur que n’importe quel bien matériel. Toutes ces actions sont bien évidemment minimes comparées à ce que les blouses blanches font pour nous. Toutefois, c’est une manière de les soutenir et de les remercier comme on peut, chacun à sa manière et avec ses moyens. Parfois les petits gestes apportent bien plus qu’on ne pourrait l’imaginer. Ils peuvent remonter le moral et donner du courage. Et ça, ça n’a pas de prix.

Puzzle
Crédits : Marchmeena29 / iStock

Vous aimerez aussi :

8 bonnes nouvelles canines pour vous remonter un peu le moral en ces temps nuageux

Une ONG sauve des chiens condamnés à l’euthanasie et les réhabilite pour qu’ils œuvrent au service de tous

Confinement : louer un chien, promener sa peluche, se déguiser en toutou… Les pratiques insensées se multiplient