in

Permis de détenir un chien : devrions-nous prendre exemple sur la Belgique ?

Crédits : Chalabala / iStock

Adopter votre chien a été une incroyable source de joie et vous êtes complètement fan de votre toutou ? Dans ce cas, vous êtes sans aucun doute un très bon maître, attentionné et à l’écoute de votre animal. Malheureusement, ce n’est pas le cas de tout le monde… Accueillir un chien, ou tout autre animal, au sein de son foyer engage pour des années et engendre de nombreuses responsabilités que certaines personnes ne sont pas prêtes à honorer. Alors, à l’heure où plus de 100 000 chiens sont abandonnés chaque année en France, la Belgique a opté pour une solution qui devrait permettre de diminuer les abandons.

En quoi consiste le permis de détenir un animal de compagnie ? 

Chien qui fait un bisou à son maître
Crédits : Pinkypills / iStock

Peut-être en avez-vous déjà entendu parler ? Depuis le 1er janvier 2019, un Code du bien-être animal est entré en vigueur en Wallonie (Belgique). Il met en place un permis pour détenir un animal de compagnie. Toutefois, le mot « permis » peut prêter à confusion, car il n’y a en réalité aucune formalité à remplir pour l’obtenir. En effet, chaque citoyen le possède déjà de manière systématique. Les propriétaires d’animaux sont ainsi répertoriés dans une base de données. De cette manière, des saisies peuvent être ordonnées plus rapidement chez les propriétaires violents ou négligents avec leur animal, ce qui peut entraîner le retrait de ce « permis virtuel ». Les propriétaires ayant été condamnés ne pourront donc plus jamais adopter d’animaux. Ces derniers risquent d’ailleurs jusqu’à 15 ans d’emprisonnement et 10 millions d’euros d’amende. Une belle avancée pour le bien-être animal ! 

Qu’en est-il des autres animaux (sauvages, de ferme, etc.) ? 

Poney derrière une barrière
Crédits : anna-avdeeva / iStock

Bien que ce permis ne s’applique qu’aux propriétaires d’animaux de compagnie, le Code du bien-être animal tend à protéger également tous les autres animaux. Par exemple, dans les cirques aucun animal autre que domestique ne peut être détenu. Ces derniers ne doivent donc plus utiliser des animaux tels que des lions, des tigres et autres bêtes sauvages. En ce qui concerne l’élevage de poules pondeuses, l’installation et la mise en service de cages sont désormais interdites. En outre, la mise en place de caméras dans les abattoirs est systématique. Par ailleurs, les spectacles mettant en scène des animaux marins tels que les orques ou les dauphins sont interdits. Enfin, les hippodromes de kermesse sont dorénavant prohibés.

Où en est la France en ce qui concerne le bien-être animal ? 

Chien Rottweiler attaché
Crédits : batuhan-toker / iStock

A l’heure actuelle, en France, la détention d’animaux domestiques ne requiert ni autorisation particulière ni permis. En revanche, il existe une législation stricte en ce qui concerne les chiens de 1re et de 2e catégories. En effet, adopter un de ces chiens dits « dangereux » (chien de défense ainsi que chien d’attaque) n’est pas donné à tout le monde et nécessite l’obtention d’un permis. Vous ne pourrez donc pas obtenir la permission de détenir l’un de ces chiens si vous êtes mineurs ou majeurs sous tutelle, si vous avez un casier judiciaire ou si on vous a retiré la garde d’un chien dans le passé. Avant de pouvoir adopter ce type de chien, vous devrez suivre une formation. C’est seulement à l’issue de celle-ci qu’un permis provisoire vous sera délivré. Par la suite, il conviendra de faire faire une évaluation comportementale à votre animal entre ses 8 et ses 12 mois. C’est à la suite de cette évaluation que le permis définitif vous sera délivré.

Enfin, il existe également en France des règles strictes pour la détention d’animaux non domestiques, notamment les animaux sauvages. Cependant notre pays a encore pas mal de chemin à faire par rapport à sa voisine la Belgique pour défendre au mieux le bien-être animal…