in

La police des crottes : tests ADN, caméras, délation…

Crédits : Mihajlo Maricic / iStock

“Big Brother is watching you”, mais cette fois il a laissé tomber la politique pour se lancer dans une tout autre cause : les crottes de chien. La guerre aux déjections canines est déclarée et c’est du sérieux…

Des caméras de surveillance pour traquer les crottes

Dans son célèbre roman 1984, Orwell nous plonge au cœur d’un monde dystopique, une société sous haute surveillance où Big Brother garde un œil sur tout un chacun. Des caméras placées aux quatre coins des villes filment les habitants en permanence afin de repérer et de sanctionner tout manquement. Mais quelle idée sympathique et conviviale…!

À la mairie de Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne), on aime beaucoup ce roman. À tel point qu’on a décidé de mettre Big Brother en application. Mais cette fois-ci, il ne traquera pas les dissidents politiques… mais les crottes. Grâce à un système de télécrans installés dans les rues (vidéosurveillance), la police pourra repérer les maîtres qui ne ramassent pas les déjections de leurs animaux, mobiliser ses troupes pour les identifier, puis les sanctionner.

caméras
Crédits : Lianhao Qu / Unsplash

Les déjections canines soumises à des tests ADN

Quand ils se sont lancés dans une carrière de policier, bon nombre d’agents rêvaient sûrement de se voir confier de nobles tâches comme défendre la veuve et l’orphelin contre… les crottes de chien ! Ils l’ont rêvé… la mairie de Béziers le leur a proposé ! Depuis quelques années, elle lutte corps et âme pour un projet qui lui tient à cœur : charger les gardiens de la paix de ramasser des échantillons de déjections canines pour effectuer une enquête approfondie et remonter la piste de la crotte au propriétaire.

Pour ce faire, les matières fécales seraient envoyées à un laboratoire qui en isolerait l’ADN. Ce dernier serait ensuite comparé à une base de données afin de retrouver la boule de poils en infraction. En effet, chaque maître du périmètre concerné par la mesure devrait aller chez le vétérinaire pour qu’il effectue un prélèvement salivaire de son animal, ce qui permettrait de ficher tous les chiens et leurs propriétaires.

Pour l’instant, la mesure n’a pas abouti à Béziers. Toutefois, on l’a mise en place ailleurs dans le monde. Elle est appliquée dans certains endroits en Italie, en Espagne, en Andorre, en Angleterre, en Israël et aux États-Unis.

FBI
Crédits : Milos Spasic / iStock

La délation : la petite touche rigolote !

La police qui surveille de près les petites fesses de votre toutou c’est bien, mais l’ensemble du quartier qui le fait, c’est encore mieux ! Comme on le sait tous, la délation crée des relations de voisinage équilibrées et harmonieuses.

Une société a donc mis au point une application pour nous permettre de dénoncer les déjections des animaux de nos voisins : Poople Map. Vous pouvez maintenant arpenter les rues de votre ville à la recherche de crottes, les prendre en photo et les géolocaliser sur l’app. Vous pourrez même vous amuser à customiser le cliché et si vous êtes un grand collectionneur vous recevrez des récompenses au fil de vos découvertes fécales. Un passe-temps tout à fait normal et très sain !

Le maire de Béziers a également eu une autre idée des plus ingénieuses : l’opération #BalanceTaCrotte. Les habitants sont invités à photographier toute crotte illicite et à envoyer l’image aux forces de l’ordre de la ville. Elles centraliseront les clichés et les enverront au représentant de l’État. Ce dernier sera sûrement enchanté de voir sa boîte mail inondée de photos de déjections. De plus, détourner une lutte contre le viol et le harcèlement des femmes (#BalanceTonPorc) en histoire de crottes de chien, c’est tout à fait approprié…

Doit-on vraiment en arriver là ? Faisons preuve de civisme de nous-mêmes !

Ramasser les déjections de son toutou est un acte citoyen des plus basiques. Ça n’est pas bien compliqué, ça ne coûte pas grand-chose et ça permet à tout le monde de vivre dans des villes propres et de cohabiter respectueusement. Bon nombre de maîtres l’ont bien compris et font très attention à nettoyer derrière leur animal.

A-t-on vraiment besoin d’avoir recours à des méthodes coercitives dignes de thrillers policiers et de romans dystopiques ? Cela semble quelque peu exagéré… De plus, il serait peut-être plus judicieux d’utiliser l’argent public pour d’autres causes (ex : hôpitaux, écoles)… Alors, faisons tous preuve d’un peu de civisme et ramassons les crottes de nos toutous de nous-mêmes avant que le monde ne vire au grand n’importe quoi !

Vous aimerez aussi :

Comment apprendre la propreté à son chiot. Voici 5 conseils efficaces !

Ces dispositifs pourraient sauver la vie de milliers de chiens chaque année

Des chiens luttent contre le braconnage d’animaux sauvages au Kenya