in

L’anémie hémolytique à médiation immune du chien (AHMI)

Crédits : PhonlamaiPhoto / iStock.

L’anémie hémolytique à médiation immune, ou AHMI, est l’un des principaux types d’anémie chez le chien. C’est une maladie qui peut lui être fatale, ce pourquoi une bonne prise en charge est nécessaire. Voici l’essentiel à savoir.

Qu’est-ce que l’anémie hémolytique à médiation immune chez le chien ?

Les globules rouges, ou « hématies », sont des cellules sanguines qui transportent l’oxygène des poumons aux organes. Elles ramènent aussi le CO2 des organes aux poumons où il est évacué. Ces cellules contiennent une substance particulière appelée « hémoglobine ».

On parle d’anémie en cas de diminution du nombre de globules rouges, de la concentration sanguine d’hémoglobine ou de l’hématocrite (le pourcentage du volume sanguin occupé par les globules rouges). Il existe de nombreuses causes.

L’anémie hémolytique à médiation immune est l’un des types d’anémie les plus fréquents dans l’espèce canine. Cela arrive lorsque le système immunitaire de l’animal détruit ses propres globules rouges.

Quelles sont les causes de cette maladie ?

Les facteurs de risque

L’AHMI touche principalement les femelles d’âge moyen. Par ailleurs, certaines races sont prédisposées telles que le Cocker Spaniel, les Collies, l’English Springer Spaniel et le Schnauzer miniature.

L’anémie primaire

C’est une affection idiopathique, ce qui signifie qu’il n’y a pas de cause connue. On parle de processus « auto-immun » car le chien produit des anticorps qui ciblent directement ses globules rouges normaux. Il s’agit de la forme la plus fréquente, mais son pronostic est moins bon. Parfois, les animaux atteints présentent également d’autres troubles immunitaires en même temps (ex : lupus, thrombopénie auto-immune).

L’anémie secondaire à une autre maladie

Cette fois, il s’agit d’un processus « à médiation immune » : les anticorps ne ciblent pas directement les globules rouges normaux, ils ciblent des choses qui se sont accrochées à leur surface ou qui l’ont modifiée. Mais ces hématies sont malencontreusement détruites au passage. Il y a quatre causes principales :

  • Un microbe : Ehrlichia, Anaplasma, Babesia, Dirofilaria, Leptospira, hémoplasmes…

  • Un médicament, comme certains antibiotiques par exemple.

  • Une tumeur : leucémie, lymphome…

  • Une envenimation : piqûre d’abeille…

Les anémies allo-immunes (accidents de transfusion…)

Lorsqu’un chien reçoit une transfusion, s’il y a une incompatibilité de groupes sanguins, son système immunitaire va fabriquer des anticorps contre les globules rouges du donneur. Si on le transfuse une seconde fois avec du sang du même groupe, ces anticorps attaqueront et détruiront alors les globules rouges perfusés.

Un autre type d’anémie assez proche est l’isoérythrolyse néonatale. Lors de l’allaitement, le premier lait peut contenir des anticorps maternels qui attaqueront les globules rouges du bébé. Toutefois, c’est très rare chez le chien, cela concerne surtout l’homme et le cheval.

anémie hémolytique à médiation immune chien AHMI
Crédits : Urfinguss / iStock.

Quels sont les symptômes ?

Les signes communs à toutes les anémies

  • Muqueuses pâles.

  • Fatigue, faiblesse et intolérance à l’exercice.

  • Perte d’appétit.

  • Sensibilité au froid augmentée.

  • Il y a parfois un souffle cardiaque ou des syncopes (de brèves pertes de connaissance).

  • Augmentation des fréquences cardiaque et respiratoire (le corps essaie de compenser).

  • Symptômes liés à la maladie ayant causé l’anémie. Par exemple, en cas d’infection il peut y avoir de la fièvre.

Les signes supplémentaires lors d’anémie hémolytique

Dans ce cas-ci, les globules rouges sont détruits et leurs débris se retrouvent dans le sang, puis les urines (hémoglobinémie/urie, bilirubinémie/urie), ce qui peut engendrer :

  • De l’ictère. Il s’agit d’un jaunissement des muqueuses (au niveau de la bouche, des yeux, de la vulve), voire de la peau dans les cas extrêmes. Cela arrive chez plus ou moins 50% des chiens atteints.

  • Une coloration anormale des urines : orangée, rouge ou noire.

Les signes supplémentaires lors d’anémie hémolytique auto-immune

On peut également retrouver des symptômes liés à deux complications fréquentes lors de ce genre d’anémie :

  • Des thrombo-embolismes. Ce sont des caillots qui circulent dans le sang et finissent par obstruer un vaisseau.

  • Une CIVD. Il s’agit d’un problème de coagulation qui entraîne des caillots et des saignements.

anémie hémolytique à médiation immune chien
Crédits : Mylene2401 / Pixabay.

Comment se passe le diagnostic ?

1. Déterminer si le chien a de l’anémie et la caractériser

Tout d’abord, le vétérinaire examinera votre animal. S’il suspecte une anémie, il suffit de faire une prise de sang pour la confirmer. Plus précisément, l’analyse s’appelle un hémogramme, NFS (Numération Formule Sanguine) ou hémato. Elle donne de nombreuses informations sur les globules rouges (nombre, taille, teneur en hémoglobine…). Elle informe aussi sur les globules blancs et sur les plaquettes. Une alternative est d’effectuer un microhématocrite, un autre test sanguin.

De plus, il faudra déterminer si l’anémie est régénérative ou pas (si la moelle osseuse arrive à produire correctement les globules rouges). On le saura grâce à la mesure du nombre de réticulocytes dans le sang (les bébés globules rouges), à l’hémogramme et au frottis sanguin (l’observation d’une goutte de sang au microscope).

2. Les tests pour dépister une anémie hémolytique à médiation immune

  • Le test d’auto-agglutination et le test de Coombs. Ce sont deux analyses sanguines qui mettent en évidence la présence d’anticorps à la surface des globules rouges.

  • Le frottis sanguin permet aussi d’observer des sphérocytes (des globules rouges anormaux présents en cas d’IHMA) et certains parasites qui peuvent être la cause de l’IHMA.

  • Des signes de destruction des globules rouges dans une analyse de sang et d’urine (bilirubinémie/urie, hémoglobinémie/urie).

Votre vétérinaire peut aussi vous proposer d’autres examens pour identifier les complications et la cause de cette IMHA : recherche de différents microbes, radiographie et échographie pour mettre en évidence un cancer, bilan de coagulation

anémie hémolytique à médiation immune chien AHMI
Frottis sanguin. Crédits : Todorean Gabriel / iStock.

Quel est le traitement ?

Il se base tout d’abord sur des médicaments immunomodulateurs (ex : corticoïdes, azathioprine). Des médicaments limitant la coagulation (aspirine, héparine…) sont également recommandés afin de limiter les complications (thrombo-embolies). En revanche, les transfusions sanguines ne sont utilisées que si elles sont essentielles et si la vie de l’animal est menacée, car elles peuvent être dangereuses en cas d’anémie à médiation immune.

Pour finir, si une cause a été identifiée, il faudra aussi la traiter : antibiotiques ou antiparasitaires en cas d’infection bactérienne ou parasitaire, traitement anti-tumoral en cas de cancer, arrêt du médicament en incriminé… Quoi qu’il en soit, un suivi régulier sera nécessaire.