in

Les colliers électriques pour chien : une mauvaise idée

Crédit : Margaret Russell / Flickr

Il existe de nombreuses méthodes d’apprentissage chez le chien. Parmi les plus polémiques : les colliers électriques. Ce genre de dispositifs s’est attiré les foudres de diverses organisations vétérinaires et d’une flopée d’ONG de protection animale. On fait le point sur ce sujet épineux.

Les colliers électriques

Le Dr. Sylvia Masson, titulaire d’un DU de psychiatrie vétérinaire, a décidé de dresser un état des lieux de cette pratique en France. Elle a conduit une enquête auprès de 1250 maîtres. 26% d’entre eux rapportent avoir déjà utilisé un collier électrique. C’est bien plus que la moyenne européenne, l’hexagone semble particulièrement friand de ce genre de procédés. Les colliers sont le plus souvent utilisés sur des jeunes chiens non stérilisés de plus de 40 kg.

Il en existe différents types :

  • Les colliers anti-fugue qui envoient une décharge électrique si le chien quitte un périmètre défini par le maître.

  • Les colliers anti-aboiement qui s’enclenchent à chaque fois que l’animal aboie afin de l’en dissuader.

  • Les dispositifs à télécommande. Cette fois-ci, il n’y a pas de mécanisme automatique. C’est le maître qui choisit quand envoyer la décharge.

Newest Dog Bark Collar Water-proof and Rechargeable No Bark Electronic Collar #Dog #Training #Shock #Collar!!!see more…

Publiée par petdogtrainingcollar.com sur Vendredi 9 juin 2017

Les effets néfastes des colliers électriques

Un problème bien réel

Selon la Société Européenne d’Éthologie Clinique Vétérinaire (l’ESVCE), il est impossible de déterminer l’intensité du choc électrique adaptée au chien. En effet, cette dernière varie grandement en fonction de l’humidité et de la morphologie de chaque animal (fourrure, taux de graisse…). De plus, deux chiens similaires n’ont pas forcément la même réaction émotionnelle. L’intensité de ces colliers est donc souvent inadaptée en pratique.

Qui plus est, les propriétaires se procurent ces dispositifs en magasin ou sur internet, et dans 75% des cas, ils ne reçoivent aucun conseil lors de l’achat. Ainsi, la plupart les utilisent mal : trop souvent, trop longtemps, au mauvais moment… Le Département de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires Rurales du Royaume-Uni rapporte que deux tiers des maîtres interrogés ne suivaient pas les bonnes pratiques d’utilisation car ils n’avaient pas reçu de manuel explicatif, ne l’avaient pas lu, ou ne l’avaient pas bien compris.

Par conséquent, ces colliers peuvent provoquer de nombreux effets néfastes. Il arrive qu’ils empirent un trouble préexistant ou qu’ils fassent émerger un nouveau problème. Ils ne sont donc pas sans risque.

Les dommages physiques

Dans son enquête, le Dr. Masson a relevé des blessures chez 7% des chiens portant des colliers électriques. En effet, ces derniers peuvent causer des brûlures locales et des nécroses de la peau. Par ailleurs, l’Association Britannique des Vétérinaires Animaux de Compagnie (BSAVA) rappelle que ces dispositifs posent également un problème de sécurité publique car ils peuvent exacerber les comportements agressifs de certains chiens (morsures, attaques…).

Attention aux colliers électriques. ..ça peut faire des dégâts.

Publiée par Clinique Vétérinaire d'Aunis sur Mardi 25 avril 2017

Les troubles psychiques

L’ESVCE décrit de nombreux effets problématiques : anxiété et peurs dues à la douleur intense, détérioration du bien-être animal, altération de la relation homme-chien… Certains animaux en apparence « guéris » et obéissants sont en fait en grande souffrance psychologique. Ils ont l’air « sages », toutefois ils sont complètement traumatisés. Beaucoup de propriétaires rapportent même une sévère inhibition de tout comportement à la simple vue du collier.

Certains chiens développent des phobies en associant la décharge à d’autres éléments extérieurs non liés mais malencontreusement présents à ce moment là (ex : humains, voitures…). Il y en a qui associent le choc à leur maître et finissent terrorisés par ce dernier. Si l’intensité électrique est vraiment beaucoup trop élevée, ce genre de problème peut même se mettre en place en une seule exposition. C’est ce qu’on appelle une « réponse émotionnelle conditionnée ». Ces troubles durent ensuite très longtemps et il est extrêmement difficile de s’en débarrasser.

D’autres chiens développent ce qu’on appelle « une détresse acquise ». C’est un processus qui diminue leur capacité à apprendre. Comme l’animal ne peut pas retirer le collier, il n’a aucun moyen de s’y soustraire, il se sent impuissant, finit par se résigner, et endure passivement les décharges. Il n’essaye même plus de modifier son comportement pour les éviter car cela lui semble complètement vain : le désespoir l’a fait abandonner.

B.C. SPCA would support a ban on the use of shock collarsBCSPCA RELEASE – The BC SPCA is calling on dog owners to take…

Publiée par TMTV Kootenays sur Vendredi 22 février 2019

Une efficacité controversée

Aucune étude n’indique que les colliers électriques aient une meilleure efficacité que l’entraînement par renforcement positif (cf. paragraphe « alternatives »). Certaines concluent même que ces colliers auraient une moins bonne efficacité. Et dans l’enquête du Dr. Masson, moins de 25% des maîtres observent une efficacité réelle et durable une fois le collier enlevé.

On rappellera également que les problèmes comportementaux ne sont pas plus nombreux dans les pays qui ont banni l’utilisation de ces dispositifs. Pour ce qui est des colliers anti-fugue, les recherches de l’équipe du Dr. Starinsky (2017) ont montré que les chiens en portant s’enfuient plus souvent que ceux ayant une vraie clôture.

Des colliers dans le viseur de la justice et des vétérinaires comportementalistes

La Société Européenne d’Éthologie Clinique Vétérinaire s’est fermement positionnée contre les colliers électriques. Ses experts considèrent « qu’aucun argument ne justifie leur utilisation ». Ils appellent donc à les interdire dans tous les pays européens et à sanctionner leur utilisation. C’est d’ailleurs déjà le cas dans plusieurs d’entre eux : Norvège, Suède, Danemark, Suisse, Allemagne, Autriche, Slovénie, Écosse… En Angleterre, la législation est très stricte : les personnes utilisant ces colliers peuvent écoper de 6 mois de prison et de 20 000 livres d’amende. L’Association Britannique des Vétérinaires Animaux de Compagnie condamne également ces dispositifs assez sévèrement.

Les alternatives

Il existe beaucoup d’autres méthodes d’éducation. Celles basées sur le conditionnement avec renforcement positif s’avèrent très efficaces et sont à privilégier. Il s’agit de récompenser le chien à chaque comportement adapté (friandise, jeux, caresses…).

Si un maître utilise quelques punitions de temps à autre, leur intensité doit être correcte afin de ne pas blesser ou traumatiser le chien. Le collier électrique est donc proscrit. Il y a des méthodes moins violentes : sermonner l’animal, l’envoyer 10 minutes dans un environnement pauvre et ennuyeux (ex : salle de bains)…

Quant aux colliers anti-fugue, l’ESVCE recommande plutôt de construire de véritables clôtures. Pour finir, consulter un vétérinaire comportementaliste ou un éducateur canin peut également être une bonne solution.

Chien maître main patte
Crédits :N8tureGrl / IStock

Vous aimerez aussi :

Comportementaliste canin : est-ce une bonne option pour mon chien?

Récompenser son chien sans nourriture : 4 techniques efficaces !

6 règles d’or afin de promener mon chien sans laisse en toute sécurité