in

La torsion de l’estomac chez le chien : cause, symptômes et traitement

Crédits : Pxhere
Rate this post

La torsion de l’estomac, ou syndrome de dilatation-torsion de l’estomac (SDTE), est une maladie sérieuse qui requiert des soins de toute urgence, car elle est potentiellement fatale. Zoom sur cette affection, ses origines, son diagnostic et son traitement.

Qu’est-ce qui se passe ?

La cause exacte de ce syndrome n’est pas encore bien comprise. Il est dû à une distension de l’estomac (par des aliments, des liquides ou du gaz), engendrant sa rotation. Cette torsion provoque alors une occlusion digestive : les aliments et le gaz ne peuvent plus sortir de l’estomac.

Votre chien tente donc de vomir mais il n’y parvient pas. Par ailleurs, l’estomac augmenté de volume compresse le diaphragme et engendre des difficultés respiratoires. Il comprime aussi les grosses veines de l’abdomen (cave et porte) provoquant une diminution du retour veineux et des troubles du rythme cardiaque. Les petits vaisseaux de l’estomac peuvent aussi être touchés et les zones qui ne sont plus irriguées risquent alors de nécroser (mort cellulaire). Pour finir, un état de choc peut se mettre en place, aboutissant à la mort de l’animal assez rapidement.

Quels sont les facteurs de risque ?

  • Un exercice physique intense juste après avoir ingurgité un repas très copieux, surtout lorsque ledit repas comprend des aliments hautement fermentescibles et un abreuvement massif.

  • L’anatomie particulière du chien : les ligaments qui soutiennent son estomac sont assez lâches, ce qui le rend plus mobile.

  • Le stress.

  • Les vomissements.

  • L’âge : les animaux d’âge moyen sont les plus touchés.

  • La race : ce syndrome affecte surtout les grandes races à thorax profond (ex : Dogue allemand, Beauceron, Berger allemand, Boxer, Setter, Braque de Weimar, Saint-Bernard, Basset Hound). Cependant, elle peut aussi survenir chez les petits chiens.

chien Dogue Allemand
Crédits : Mtajmr/Pixabay

Quels sont les symptômes ?

Lorsqu’un animal est atteint du syndrome de dilatation-torsion de l’estomac, il tente de vomir en vain et salive beaucoup. D’autre part, son abdomen est dur et distendu. On peut aussi observer des signes de choc : une pâleur des muqueuses, des extrémités froides, un pouls très faible, une augmentation des fréquences cardiaque et respiratoire… Au début, le chien apparaît anxieux et agité, mais il devient de plus en plus abattu au fur et à mesure que son état s’aggrave.

Comment se passe le diagnostic ?

Tout d’abord, le vétérinaire repèrera ce syndrome grâce à l’examen clinique de votre animal. Lorsque ce dernier est stable, il peut aussi effectuer une radio afin de confirmer le diagnostic. Dans certains cas, il demandera également des examens sanguins (lactates, hématologie…) pour avoir une meilleure idée du pronostic.

Quel est le traitement ?

Il s’agit d’une urgence vitale, il faut emmener votre chien chez le vétérinaire au plus vite. Il commencera par décomprimer l’estomac (le vider) et traiter l’état de choc. Dans un deuxième temps, il procédera à une chirurgie afin de fixer l’estomac à l’abdomen pour éviter les récidives.

1. Décompresser l’estomac

Cela peut se faire de différentes manières. En première intention, le vétérinaire tente un sondage oro-gastrique : il essaie de passer un tube dans l’estomac de votre chien via son œsophage. Cependant, c’est parfois impossible d’arriver jusqu’à l’estomac.

Si cette technique échoue, il peut aussi tenter une « trocardisation » qui consiste à insérer une aiguille ou un cathéter au niveau de la zone ballonnée pour en évacuer le gaz. En tout dernier recours, une gastrostomie temporaire est également une option : il effectue alors une incision au niveau de la peau, puis de l’estomac, et les abouche afin de vider le contenu gastrique.

2. Traiter l’état de choc

Pour ce faire, le vétérinaire place un cathéter et perfuse votre chien (fluidothérapie). Il lui administre aussi des antibiotiques et des antalgiques. En outre, une oxygénation au masque peut aussi être instaurée.

3. La chirurgie

Une fois votre chien stabilisé, l’opération pourra débuter. Elle permet d’évaluer clairement les dégâts et de les réparer. En effet, durant ce laps de temps, il est possible que l’estomac ait nécrosé et il faut alors réséquer les zones mortes si elles sont trop étendues (gastrectomie). Par ailleurs, la rate a peut-être été entraînée dans la torsion et son ablation est parfois nécessaire (splénéctomie)

La chirurgie permet aussi de replacer l’estomac dans une position normale et de le suturer à la paroi abdominale afin qu’il y adhère de manière permanente et ne se torde plus (gastropexie). Sans cet acte, il y a 80% de chance que votre chien récidive.

4. Le suivi

Dans tous les cas, un monitoring est également mis en place afin de suivre précisément l’état de votre animal (ECG, pression artérielle, fonction respiratoire…). Douze heures après l’intervention, il pourra recommencer à boire des petites quantités d’eau et à manger de la nourriture en boîte via des petits repas fractionnés (4 à 6 par jour). Normalement, le retour à la maison se fera sous 2 à 3 jours.

5. Les complications possibles

Il arrive que des complications surgissent après l’opération : des troubles du rythme cardiaque dans les 24-72h (extrasystoles), une infection, une péritonite, un choc septique, des problèmes de coagulation (une CIVD qui cause des saignements)… C’est pourquoi l’animal sera suivi de près afin d’y faire face.

Quel est le pronostic ?

En l’absence de traitement, cette affection peut être fatale. Il s’agit donc d’une urgence absolue. Cependant, si elle est correctement et rapidement prise en charge, le pronostic est assez bon avec 70 à 85% de chances de survie. Néanmoins, si l’estomac a nécrosé, le pronostic s’assombrit beaucoup et l’euthanasie peut même être proposée.

Comment prévenir la torsion de l’estomac du chien ?

Comme on dit : « mieux vaut prévenir que guérir ». Alors qu’est-ce qui peut être fait pour diminuer le risque de SDTE ?

  • Une gastropexie préventive chez les animaux à haut risque, par exemple lors de la stérilisation de convenance des femelles de races prédisposées.

  • Éviter l’exercice après les repas.

  • Ne pas donner de repas trop copieux : en préférer plusieurs petits chaque jour plutôt qu’un seul énorme.

  • Éviter le stress : fournir un environnement calme et paisible à son chien.

chien sous un parasol
Crédits : Robson Hatsukami Morgan/Unsplash

Vous aimerez aussi :

Mon chien vomit : causes, diagnostic et traitement

6 maladies courantes chez le chien à soigner au plus tôt

Mon chien a de la fièvre : causes, diagnostic et traitement