in

La mémoire des chiens

Crédits : Wildpixel/iStock

Vous avez tous pu remarquer que votre toutou a de la mémoire. Il est capable d’apprendre toutes sortes de choses, il sait très bien qui sont ses maîtres, où sont rangées ses friandises, qu’est-ce qui est interdit… Les souvenirs, c’est aussi l’identité de votre animal. Certes, les chiens ont de la mémoire, mais de quel type ? Est-elle similaire à celle des êtres humains ? On vous propose une petite excursion dans le cerveau canin !

La mémoire à court terme

La mémoire à court terme est le premier type de stockage d’informations que l’on retrouve chez le chien et chez l’homme. Elle permet de retenir brièvement des choses qui viennent de se produire. C’est essentiel pour pouvoir réaliser des actions complètes sans s’arrêter au milieu. Par exemple, si un toutou entend un bruit et se dirige vers la pièce suspecte, il ne faut pas qu’il oublie en cours de route ce qu’il était en train de faire. Chez l’homme, cela permet aussi de retenir le début d’une phrase le temps de la terminer.

Mais cette mémorisation est de courte durée : une étude l’a évaluée à 2 minutes pour le cerveau canin. Par la suite, les informations seront soit rapidement effacées, soit transférées vers la mémoire à long terme. Toutefois, les performances des chiens ne sont pas du tout catastrophiques car elles restent bien au-dessus de la moyenne des animaux (27 secondes).

Chien point d'interrogation
Crédits : Alphaspirit / iStock

La mémoire à long terme

Elle permet de stocker des informations pendant des mois ou des années. Il en existe 2 types : la mémoire déclarative et la mémoire non déclarative.

La mémoire non déclarative (ou implicite)

Ce sont toutes les choses que les hommes et les chiens assimilent de manière inconsciente, les automatismes : apprendre à marcher, à courir, à faire du vélo, à skier… Le conditionnement classique est un autre exemple.

La mémoire déclarative (ou explicite)

Il s’agit des éléments qui peuvent être remémorés et dont on est conscient. Cette mémoire est divisée en 2 sous-types :

  • La mémoire sémantique. Elle comprend toutes nos connaissances sur le monde, les faits qu’on a appris consciemment. Chez l’homme, on peut donner l’exemple de l’histoire de France que vous avez mémorisée sur les bancs de l’école. Ce sont des choses que vous avez retenues sans pour autant les avoir vécues. Chez le chien, il peut s’agir de l’apprentissage du sens de certains mots (nom de personnes, de jouets…).

  • La mémoire épisodique. Elle contient les événements personnellement vécus  : le repas de famille du week-end passé, les promenades au bord de la plage des dernières vacances… Si on ne possède pas ce type de mémoire, on ne vit que dans l’instant présent et on ne peut pas se remémorer son passé de manière consciente. Cette mémoire est également nécessaire pour pouvoir se projeter dans le futur. Il est assez clair que l’homme possède une mémoire épisodique, toutefois les chercheurs ne sont pas certains que ça soit aussi le cas des chiens. Certaines expériences semblent indiquer qu’ils en ont une, mais il y a encore beaucoup de controverses au sein de la communauté scientifique.

promenade plage souvenir
Crédits : DGLimages / iStock

La mémoire sensorielle

Elle se base sur les perceptions des 5 sens : ce qu’on a vu, senti, entendu, goûté ou touché. L’ensemble des données perçues passent par cette mémoire. C’est une sorte d’entonnoir qui reçoit toutes les informations, les stocke pour une très courte durée (quelques millisecondes à quelques secondes), puis les oublie ou les transfère vers les autres types de mémoire.

Pour conclure, les chiens ont bel et bien une mémoire assez importante. Mais ne vous méprenez pas, ça ne les empêchera pas de feindre d’avoir oublié qu’il ne faut pas mâchouiller vos chaussures ou piquer dans votre assiette quand vous avez le dos tourné !

Vous aimerez aussi :

Étude sur l’intelligence des chiens : les races au top du classement !

Voici Chaser, la chienne la plus intelligente au monde

Comment apprendre des tours à son chien : toutes nos astuces !