in

L’intoxication à la mort-aux-rats chez le chien

Crédits : Pestfreenl / Pixabay

L’intoxication à la mort-aux-rats est l’une des principales causes d’empoisonnement chez le chien. La plupart du temps, il s’agit de rodenticides anticoagulants (ou AVK), un type de mort-aux-rats. Ils provoquent de nombreux saignements. On vous explique tout ce que vous devez savoir.

La mort-aux-rats

Les rodenticides sont des substances utilisées pour lutter contre les rongeurs. Il en existe plusieurs types. Les plus employés sont les « rodenticides anticoagulants (AVK) ». Les molécules de première génération ont été découvertes en 1920 aux États-Unis. Suite à l’apparition de résistances chez les rats, des rodenticides de seconde, puis de troisième génération ont été mis au point à partir des années 1960. Ils sont plus toxiques et perdurent plus longtemps dans l’organisme.

  • Molécules de première génération : coumafène (warfarine), coumachlore, coumatétralyl, diphacinone, chlorophacinone.

  • Molécules de seconde génération : difénacoum, bromadiolone.

  • Et molécules de troisième génération : brodifacoum, flocoumafène, diféthialone.

Ces substances sont commercialisées sous forme de poudre ou d’appâts empoisonnés (céréales enrobées, granulés, blocs, pâtes…). Les fabricants y ajoutent un colorant pour leur donner un aspect distinct : rouge, bleu, vert… Ce sont des composés neutres, sans odeur et sans goût. La plupart restent très stables, et ce, peu importe les intempéries (température, humidité, lumière…).

Comment un chien peut-il s’intoxiquer ?

Les animaux s’intoxiquent en ingérant le rodenticide. Cela peut arriver suite à un accident (ex : lors d’une dératisation du parking ou des caves d’un immeuble) ou suite à un acte de malveillance criminel (ex : conflit de voisinage). L’ingestion répétée de rongeurs eux-mêmes intoxiqués peut également être en cause, toutefois c’est très rare. Cela concerne surtout les bêtes sauvages qui s’en nourrissent quotidiennement et quasi exclusivement.

La dose toxique varie en fonction de l’espèce animale, de la molécule utilisée et du type de consommation (unique ou chronique). La dose mortelle est 10 à 100 fois moins élevée quand il s’agit d’ingestions répétées. Les molécules sont éliminées très lentement et s’accumulent donc dans le foie.

Pour les rodenticides de première génération, l’intoxication a surtout lieu quand le chien avale de nombreuses petites doses sur le long terme. Par contre, avec les produits de seconde et troisième génération, les soucis peuvent aussi apparaître après une seule ingestion massive de mort-aux-rats.

intoxication à la mort-aux-rats chez le chien
Crédits : Adam88xx / iStock

Qu’est-ce qui se passe lors d’une intoxication ?

La coagulation est un processus qui permet de stopper les saignements. C’est une cascade de réactions qui aboutit à la formation d’un caillot bouchant la fuite de sang. Elle fait intervenir des protéines en grande partie fabriquées par le foie : les « facteurs de coagulation ». La synthèse de certaines d’entre elles nécessite de la vitamine K.

Les rodenticides anticoagulants inhibent des enzymes essentielles à l’apport de vitamine K fonctionnelle. Cette dernière finit donc par manquer, ce qui empêche la coagulation de marcher correctement. Le chien développe alors de nombreuses hémorragies.

Les symptômes de l’intoxication à la mort-aux-rats chez le chien (AVK)

Ils apparaissent souvent 2-3 jours après l’ingestion (toutefois cela peut aller jusqu’à 12 jours). Les animaux jeunes, âgés ou ayant d’autres maladies (ex : problèmes de foie ou de reins) sont les plus sensibles.

Pour commencer, les symptômes incluent divers signes généraux : abattement, faiblesse, intolérance à l’effort, perte d’appétit, muqueuses pâles, chute de la température corporelle, augmentation de la fréquence cardiaque et respiratoire… À cause des pertes de sang, l’animal peut développer de l’anémie (un manque de globules rouges) et une hypovolémie (un volume sanguin insuffisant).

Il peut aussi présenter de nombreux saignements au niveau :

  • Du système respiratoire : toux accompagnée de sang (hémoptysie), saignements nasaux, difficultés respiratoires…

  • Du système digestif : vomissements sanguinolents (hématémèse), sang dans les selles (méléna), saignements des gencives…

  • Des tissus sous-cutanés : hématomes.

  • Des articulations et des muscles, ce qui provoque des problèmes locomoteurs tels que des boiteries.

  • Du système urinaire: sang dans les urines (hématurie).

  • De l’enveloppe qui entoure le cœur (hémopéricarde).

  • Du système nerveux (cerveau, moelle épinière…), ce qui aboutit par exemple à des convulsions ou des paralysies.

  • De l’œil : sang visible à l’avant du globe oculaire (hyphéma), larmes de sang…

  • Des autres organes et des cavités corporelles.

En l’absence de traitement, l’animal peut mourir 1 à 6 jours après le début des symptômes. Toutefois, avec une prise en charge rapide, le pronostic est bon (80-90% de chances de survie). Mais il est essentiel d’agir vite.

sang
Crédits : Freepik

Comment le diagnostic est-il posé ?

Le vétérinaire suspectera une intoxication aux rodenticides AVK grâce aux signes cliniques du chien et à l’historique (ingestion de mort-aux-rats observée ou probable). Si possible, essayez de ramener l’emballage du produit. Divers examens complémentaires peuvent également être recommandés :

  • Une prise de sang. Elle permet de mettre en évidence des problèmes de coagulation (ex : temps de Quick et de céphaline activée augmentés) et divers autres indices (ex : anémie).

  • Une radiographie ou une échographie. Elles sont utiles pour localiser des accumulations de sang dans le thorax ou l’abdomen du chien.

  • Le diagnostic thérapeutique. Si l’animal répond bien au traitement (cf. dernier paragraphe), cela confirme qu’il s’agissait d’une intoxication aux rodenticides AVK.

A posteriori, une analyse toxicologique est également possible afin de rechercher le toxique dans l’aliment suspect (si les maîtres en ont récupéré), dans les vomissements (s’ils ont lieu dans les 3h post-ingestion), dans le sang (si la prise est faite dans les 3j post-ingestion), dans le foie ou les reins (si le chien est mort)…

Le traitement en cas d’intoxication à la mort-aux-rats chez le chien (AVK)

Limiter l’absorption du toxique en cas d’ingestion récente

Parfois les maîtres ramènent leur animal après l’avoir vu manger de la mort-aux-rats. S’il n’a pas de signes cliniques, il est possible qu’il n’ait pas encore absorbé le toxique. Il faut tout faire pour l’expulser avant que cela n’arrive.

Si l’ingestion date de moins de 3 heures, on lui donnera des substances pour le faire vomir. Passé ce délai, elles ne sont pas très utiles, car en général le toxique n’est plus dans l’estomac. Dans tous les cas, il faudra aussi lui administrer des médicaments adsorbants tels que du charbon végétal activé.

Traiter les symptômes

Certains chiens sont très mal en point. Selon l’état de l’animal, différents soins peuvent être nécessaires : réanimation, traitement de la douleur, fluidothérapie, transfusion

Parfois, on effectue aussi une ponction (thoracocentèse) si le chien a des difficultés respiratoires sévères à cause d’un épanchement de sang au niveau de la plèvre (l’enveloppe qui entoure ses poumons). C’est un geste d’urgence qui permet d’améliorer sa respiration.

Donner l’antidote

Eh oui, il y en a un. Ça n’est pas le cas dans toutes les intoxications, mais celle-ci a la chance d’en avoir. Comme vu précédemment, les symptômes sont causés par un manque de vitamine K fonctionnelle. L’antidote consiste donc à administrer de la vitamine K à l’animal. Le traitement devra être continué jusqu’à ce que le toxique soit éliminé, ce qui prend souvent 2 à 5 semaines selon le rodenticide.

Vous aimerez aussi :

Les plantes toxiques pour le chien et ce qu’il faut faire en cas d’ingestion

Donner du chocolat à son chien : est-ce dangereux ?

Mon chien vomit du sang : que faire ?