in

Tumeurs testiculaires du chien : facteurs de risque, symptômes et traitement

Crédits : Korneeva_Kristina / iStock
5/5 - (1 vote)

Les tumeurs testiculaires sont relativement fréquentes chez le chien mâle entier. Il s’agit des deuxièmes tumeurs les plus courantes, après celles cutanées. Voici tout ce qu’il faut savoir sur le sujet.

Les différents types de tumeurs testiculaires chez le chien

Les trois types principaux sont : le séminome, le leydigome et le sertolinome. Mais il n’est pas rare d’observer des tumeurs multiples (en nombre et en nature). Elles peuvent toucher un ou deux testicules. Les leydigomes sont bénins. Quant aux séminomes et aux sertolinomes, ils ne sont malins (cancer) que dans 10% des cas. Les métastases sont rares et tardives. Elles affectent surtout les ganglions, les poumons, le foie, la rate, les reins…

Les facteurs de risque

  • La cryptorchidie (une anomalie dans la position d’un ou des deux testicules). Cela multiplie par 10 le risque de développer un séminome ou un sertolinome (9,2 à 13,6 selon les auteurs).

  • La race. Certaines sont plus souvent atteintes : Boxer, Berger Allemand, Lévrier Afghan, Berger des Shetlands, Braque de Weimar, Colley, Bichon Maltais, Fox Terrier, Husky…

  • L’âge. Les mâles de 9-11 ans sont les plus touchés. Cependant, les chiens cryptorchides sont frappés plus tôt en général.

vieux chien
Crédits : Akchamczuk / iStock

Les symptômes des tumeurs testiculaires chez le chien

Les symptômes en cas de sertolinome

Tout d’abord, le testicule atteint apparaît dur, de forme irrégulière et de grande taille. De plus, près de la moitié des sertolinomes sécrètent des hormones œstrogènes. Cela peut engendrer différents signes  :

  • Le testicule sain est alors diminué de volume, ce qui aboutit parfois à un arrêt de la spermatogenèse (le processus de formation des spermatozoïdes) et à des problèmes de fertilité.

  • Un syndrome de féminisation : modification du comportement (attraction des mâles, diminution de la libido, miction dans la même position que les femelles…), développement des glandes mammaires (gynécomastie) et atrophie du pénis donnant un aspect pendulaire au prépuce.

  • Des problèmes cutanés (une partie du syndrome de féminisation) : perte de poils (des deux côtés, de manière symétrique, sans démangeaisons), pelage fin et cassant, hyperpigmentation, amincissement et sécheresse de la peau…

  • Des problèmes de prostate (métaplasie squameuse).

  • Une atteinte de la moelle osseuse (le tissu au centre des os). Elle n’arrive plus à fabriquer assez de globules rouges, de globules blancs et de plaquettes. Cela peut provoquer des signes d’anémie (ex : fatigue, perte d’appétit, muqueuses pâles), des infections secondaires, des saignements anormaux

Les symptômes en cas de séminome

Il peut également y avoir une augmentation de la taille du testicule atteint. Par contre, les séminomes ne produisent pas d’hormones la plupart du temps (parfois ils sécrètent des œstrogènes, mais c’est peu fréquent et cela cause rarement des signes cliniques).

Les symptômes en cas leydigome

Beaucoup de leydigomes sont inactifs (pas de fabrication d’hormones), petits et difficilement détectables car ils engendrent très peu de signes. Toutefois, certains sécrètent de la testostérone, ce qui peut provoquer une atrophie du testicule sain (arrêt de la production de spermatozoïdes, problèmes de fertilité…), des hernies périnéales (un déplacement d’organes dans la région proche de l’anus), des problèmes de prostate (hyperplasie), des adénomes des glandes périanales (une tumeur bénigne), voire une perte de poils dans cette région.

tumeurs testiculaires du chien
Crédits : Wordle

Comment se passe le diagnostic ?

Le vétérinaire commencera par examiner votre chien, puis il pourra effectuer différents examens complémentaires :

  • Une échographie. Elle permet de localiser la tumeur dans le testicule, d’explorer d’autres organes (vérifier la prostate, rechercher une extension tumorale aux ganglions ou ailleurs…) ou de guider une biopsie.

  • Des radiographies pour rechercher des métastases.

  • Une prise de sang afin de faire des dosages hormonaux (testostérone, œstrogènes, progestérone…) ou de mettre en évidence une chute des globules rouges, blancs et des plaquettes.

  • Un frottis du prépuce est parfois proposé. En cas de tumeur sécrétant des œstrogènes, on peut y voir les mêmes cellules que sur un frottis vaginal de femelle durant les chaleurs.

  • L’analyse de la tumeur après son exérèse chirurgicale donnera le diagnostic définitif.

Le traitement des tumeurs testiculaires chez le chien

Il se base principalement sur la castration. La plupart du temps, on retire les deux testicules. Toutefois, s’il s’agit d’un mâle destiné à la reproduction et si les lésions ne sont situées que d’un côté, on peut aussi effectuer une castration unilatérale. La chirurgie permet souvent la régression de tous les symptômes en quelques semaines ou quelques mois.

Dans certains cas, des traitements adjuvants peuvent être rajoutés (radiothérapie ou chimiothérapie en cas de métastases). En général, avec une prise en charge correcte, le pronostic de l’animal est très bon. Cependant, il s’assombrit en présence de métastases ou d’atteinte de la moelle osseuse.

Vous aimerez aussi :

Faut-il castrer son chien ? Méthode, pour, contre, alternatives

7 comportements qui montrent que votre chien souffre

Les tumeurs mammaires de la chienne : facteurs de risque, symptômes et traitement