in

Le Dogue Allemand ou Grand Danois : l’essentiel à savoir sur ce géant !

Crédits : Mtajmr/Pixabay

Le Dogue Allemand, ou Grand Danois, est un colosse au grand cœur. Il fait partie des chiens les plus grands au monde. Mais ne vous fiez pas aux apparences, derrière ses allures de mastodonte, ce chien est en fait d’une douceur et d’une gentillesse sans fin ! D’un calme olympien, il a la réputation d’être le plus pacifique de tous les molosses. Son physique bien bâti, ses formes harmonieuses et son allure élégante lui ont aussi valu le surnom d’ « Apollon de la race canine ». Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce grand malabar !

Cette race fait partie du groupe 2 « chiens de type Pinscher et Schnauzer – Molossoïdes et chiens de montagne et de Bouvier Suisse », section 2.1 « Molossoïde type Dogue», au numéro 235 (FCI).

1. La petite histoire

Des origines antiques

Les origines de cette race restent assez controversées. Elle descendrait de grands molosses de l’Antiquité. Au Moyen Âge, la noblesse européenne utilisait des grands chiens de type Dogue pour chasser le gros gibier (ours, sangliers, cerfs…), garder les châteaux et tenir compagnie aux seigneurs. On retrouve aussi des traces du Grand Danois dans les écrits de Buffon, un naturaliste français du XVIIIème siècle.

La variété à l’origine du Dogue Allemand actuel s’est développée en Allemagne vers la fin du XVIIIème siècle, suite à des croisements entre des Bullenbeissers, des Hatzrüden (chiens courants), et des Saurüden (chiens vautres), différents chiens combinant la rapidité du Lévrier et la puissance du Mâtin de type anglais.

L’officialisation de la race

Le terme « Dogue » fut tout d’abord utilisé pour qualifier tout chien de grande taille sans race clairement définie. Au fur et à mesure, le terme se peaufina et différentes variantes apparurent afin de différencier ces chiens sur la base de leur couleur ou de leur robe : Dogue d’Ulm, Dogue Anglais, Danois Hatzrüde, Saupacker, Grand Dogue…

En 1878, un comité décida de regrouper toutes ces variantes sous le nom de « Dogue Allemand ». Les critères de la race furent clairement définis 2 ans plus tard, lors de l’exposition de Berlin, et le club du Dogue Allemand fut créé en 1888.

Grand Danois

2. Le plus grand chien au monde !

Le Grand Danois fait partie des plus grandes races au monde aux côtés de chiens tels que le Mastiff, le Saint-Bernard, le Barzoï ou le Léonber. Cependant c’est un Grand Danois qui a battu tous les records ! Il s’appelait Zeus et mesurait plus de 110 cm au garrot. Rien que ça ! Debout sur ses pattes arrières, il pouvait atteindre 2,26 m de haut ! Zeus nous a malheureusement quitté en 2014, à l’âge de 5 ans, cependant sa légende perdure, et son record reste gravé dans les annales.

Le chien vivant le plus grand au monde est également un Grand Danois. Son nom est Freddy et il vit au Royaume-Uni. Il mesure 103.5 cm au garrot. Ironiquement, quand il était bébé, c’était le plus petit de sa portée !

3. Un physique de titan

Ce géant mesure 80 cm en moyenne (72 cm pour les femelles) et pèse 50 à 70 kg ! Son corps est puissant et bien bâti. Sa forme générale est assez particulière et peut presque s’inscrire dans un carré. C’est un chien bien proportionné.

Il a des formes harmonieuses et une silhouette bien taillée. Son coup est long, sec et musclé. Il s’affine jusqu’à la tête et se relève majestueusement « en col de cygne ». Son dos rectiligne descend légèrement vers l’arrière. Son ventre forme une jolie courbe en se relevant postérieurement.

Sa queue s’attache haut. Lorsque le chien est en action, elle se courbe en prenant une forme de sabre. Ses membres sont puissants avec une ossature longue et robuste. Ils se terminent en « pieds de chats » par des doigts fortement cambrés. Son allure est souple et élastique.

Grand Danois
Crédits : Mtajmr/Pixabay

4. L’Apollon de la race canine

Son physique combinant puissance, noblesse, fierté et élégance lui a valu le surnom d’ « Apollon de la race canine ».

Une tête joliment dessinée

Sa tête est très expressive. Elle est étroite, allongée et finement ciselée. Le chanfrein et le front sont bien droits, de longueurs similaires et leurs lignes supérieures sont parfaitement parallèles. Le stop est bien marqué.

Ses oreilles s’attachent haut et tombent joliment sans être plaquées. De grosses babines aux lèvres foncées bordent sa mâchoire large, puissante, et bien coaptée. Sa truffe est de couleur noire, tachetée de noire, chair ou anthracite.

Il a les yeux foncés mais on admet aussi les couleurs plus claires chez les Dogues bleus et arlequins. Les arcades sourcilières sont bien développées, soulignant ses yeux en forme d’amande, et amplifiant l’intensité de son regard.

Un pelage brillant et diversifié

Le poil est simple, court, et lisse. Il peut prendre différentes couleurs : arlequin (blanc ou gris bigarré de noir), bleu (acier), fauve (jaune or), fauve bringé (jaune or avec des rayures noires suivant la direction des côtes) ou noir.

La catégorie des Dogues noirs regroupe ceux avec une robe unicolore noire de laque, les Dogues à manteau (noir avec des marques blanches au niveau du cou, de la poitrine, du ventre et des extrémités), et les Dogues Plattenhunde (blancs avec de grandes plaques noires).

Sa peau est bien tendue (une peau trop lâche ou un fanon est indésirable). Elle est pigmentée de manière uniforme chez les Dogues unicolores ou suivant les taches du pelage chez les autres.

Grand Danois
Crédits : alles-so-schoen-bunt-hier/Pixabay

5. Un molosse pacifique

Si on l’élève dans de bonnes conditions, sans violence et dans un environnement plein d’amour, le Dogue Allemand est tout sauf agressif. C’est un animal calme, doux, gentil et docile. Il est plutôt facile à éduquer.

Son caractère équilibré, amical et affectueux en fait un bon compagnon et un chien de famille idéal. Il s’entend très bien avec les enfants. Doté d’une grande sensibilité, il aime ses maîtres de tout son cœur et réclame caresses et compagnie dès que possible.

C’est un bon chien de garde. Il reste méfiant envers les étrangers. D’un œil vigilant, il surveille sa maison. Il n’est pas agressif, cependant son physique imposant en fait un chien de dissuasion hors pair. Sans même avoir besoin d’attaquer, sa simple présence effraie tout malfaiteur potentiel.

6. Un chien qui a besoin d’espace

Tout maître potentiel doit clairement comprendre la taille de ce molosse et ne doit pas la prendre à la légère. C’est une caractéristique qui peut être assez contraignante. Le Dogue Allemand est un chien gentil et affectueux, cependant sa taille requiert un lieu de vie spacieux. Cet animal a besoin de beaucoup d’espace, on ne doit pas l’enfermer dans un appartement minuscule. De plus, il faut le sortir régulièrement car son bien-être requiert de l’exercice.

7. Un prix à prendre en compte

Le prix d’achat du Dogue Allemand tourne autour de 1000 à 2000€. Il varie selon son pedigree, son âge, son sexe, sa conformité aux standards de la race…

De plus sa santé quelque peu fragile pourra peut-être engendrer des frais vétérinaires supplémentaires. En effet, nos amis anglo-saxons ont même surnommé cette race « the heartbreak breed » (la race au cœur brisé ou la race de chagrin).

Il faut ajouter à cela le budget pour l’entretien qui est proportionnel à sa taille. Ce molosse a d’importants besoins alimentaires qui se feront sentir sur le prix de la nourriture. Mais malgré tout cela, on retient tout de même que cette adorable boule de poils en vaut clairement la peine !

chiot Grand Danois
Crédits : JaguarE/Pixabay

8. Une santé fragile

Une duré de vie assez courte

Le Grand Danois vit 8 ans en moyenne. Sa santé fragile raccourcit son espérance de vie assez drastiquement.

Il est sujet à certaines maladies

– Syndrome de dilatation – torsion de l’estomac. C’est une urgence potentiellement fatale. Cette maladie est due à une distension de l’estomac par des aliments ou du gaz, engendrant une rotation de celui-ci et donc une occlusion digestive doublée d’un blocage local de la circulation sanguine. L’animal tente de vomir en vain, son abdomen se distend, et il parait profondément abattu (choc).

– Dysplasie de la hanche, ostéochondrite de l’épaule, dysplasie du coude (NUPA), luxation de la rotule : ce sont des problèmes articulaires pouvant entraîner des difficultés locomotrices (boiteries, douleurs…) et évoluant souvent en arthrose.

Panosteite éosinophilique. C’est une atteinte de la moelle osseuse affectant l’os secondairement. Elle touche surtout les os longs et engendre des douleurs ainsi qu’une boiterie soudaine. Cependant c’est une maladie auto-limitante qui disparaît spontanément, son pronostic est très bon.

Ostépathie cranio-mandibulaire. C’est une prolifération osseuse anormale au niveau du crâne (surtout vers la mandibule). Elle entraîne une déformation de la mâchoire, des troubles de la mastication et des douleurs pouvant mener l’animal à cesser de s’alimenter.

Syndrome de Wobbler. C’est une anomalie au niveau des structures cervicales (vertèbres, disques, ligaments…) qui entraîne une compression et donc une dégénérescence de la moelle épinière. Elle cause divers symptômes : douleurs cervicales, troubles locomoteurs, parésies…

Acné du menton : C’est une inflammation chronique avec des surinfections bactériennes engendrant des furoncles.

Les chiens arlequins peuvent développer certains troubles

Leur couleur est due au gène « Merle ». En un exemplaire, il ne cause que cette couleur. Cependant, lorsqu’il est présent en 2 exemplaires, il peut également causer des malformations de l’œil (microphtalmie) ou de la surdité.

Les autres prédispositions plus rares

On a également rapporté d’autres troubles : des problèmes neurologiques (ex : dégénérescence cérébelleuse, myélopathie dégénérative des grands chiens, paralysie laryngée, mégaœsophage), cutanés (ex : alopécie des couleurs diluées), oculaires (ex : entropions, ectropions, énophtalmie, fente palpébrale trop large, éversion de la membrane nictitante, glaucome, cataracte, dysplasie rétinienne), cardiaques (ex : communication interventriculaire, persistance du 4ème arc aortique, sténose aortique, dysplasies valvulaires, cardiomyopathie dilaté), hormonaux (ex : hypothyroïdie)…

Vous aimerez aussi :

La dysplasie de la hanche du chien : causes, diagnostic et traitement

La torsion de l’estomac chez le chien : une urgence vitale

Top 10 des plus grandes races de chiens du monde