in

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens chez le chiens (AINS)

Crédits : Pxhere
Rate this post

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, ou AINS, sont des médicaments très courants en médecine vétérinaire. À quoi servent-ils ?  Quels sont leurs effets secondaires ? Quand et comment les utiliser ? Peut-on donner des médicaments pour humains à son chien (ibuprofène, aspirine, paracétamol…) ? On fait le point.

Le rôle des anti-inflammatoires non stéroïdiens chez le chien

Lutter contre l’inflammation

L’inflammation est une réaction normale de l’organisme lorsqu’il est face à une agression physique (ex : brûlure thermique, trauma, radiations), chimique (ex : brûlure chimique par un produit ménager corrosif) ou biologique (ex : infection, cancer, allergie, maladie auto-immune).

Les principaux symptômes d’une inflammation sont : la rougeur (« rubor »), le gonflement (« tumor »), une sensation de chaleur (« calor »), une douleur (« dolor ») et un fonctionnement anormal de l’organe touché (« functio laesa »).

À la base, il s’agit d’un mécanisme bénéfique mis en place pour protéger et réparer les tissus lésés. Néanmoins, il arrive qu’il devienne délétère et qu’il faille le stopper. C’est ici qu’interviennent les AINS.

Traiter la douleur

Les AINS ont également un effet analgésique. Ils sont assez efficaces contre les douleurs faibles à modérées. Il est essentiel de les traiter quelle que soit l’origine du problème. Cela permet de réduire la morbidité (les effets de la maladie) et la mortalité.

Ne pas traiter la douleur peut engendrer de nombreux problèmes : inappétence, ralentissement de la cicatrisation, immobilité, altérations hormonales, respiratoires et cardiaques (rythme, pression artérielle…). Cela augmente le stress et tous ses effets négatifs.

Faire diminuer la fièvre

C’est ce qu’on appelle un effet antipyrétique. La fièvre peut s’accompagner de nombreux symptômes gênants : abattement, perte d’appétit, frissons, douleurs musculaires…

chien malade fièvre
Crédits : Damedeeso/iStock

Les AINS ne traitent pas la cause du problème

Ils agissent sur les effets de l’inflammation, cependant ils n’ont pas d’action sur sa cause. C’est un traitement symptomatique. Il devra donc être couplé à un traitement étiologique (de l’origine du problème) dans la mesure du possible.

Les effets indésirables des AINS

Ils peuvent causer des problèmes digestifs : érosions, ulcères ou hémorragies au niveau de l’estomac de votre chien.

De plus, ces médicaments ont une toxicité rénale qui peut aller jusqu’à provoquer une insuffisance rénale.

Par ailleurs, il a des AINS qui ont un effet antiagrégant. Ils fluidifient le sang et empêchent les caillots, toutefois cela peut aussi favoriser les hémorragies.

Pour finir, certains AINS (les COX-2) augmentent le risque de problèmes cardio-vasculaires (mais ils engendrent moins d’effets indésirables au niveau du système digestif).

chien lit
Crédits : iStock

Quand utilise-t-on des AINS chez le chien ?

Au vu de leurs nombreux effets secondaires, on doit y avoir recours de manière raisonnée. Il s’agit de peser le pour et le contre (analyse bénéfice / risque).

Ces médicaments peuvent être utilisés de manière ponctuelle en cas de fièvre, d’inflammation et de douleur aiguë (ex : après une chirurgie ou un trauma). Toutefois, certains chiens les prennent à plus long terme lors de douleurs ostéo-articulaires chroniques comme l’arthrose (ex : dysplasie de la hanche).

Les précautions avant de donner des AINS à son chien

En cas d’effets secondaires digestifs, votre vétérinaire devra peut-être rajouter un antiacide afin de protéger l’estomac de votre animal. N’hésitez pas à lui rapporter tout effet indésirable pour qu’il ajuste le traitement en conséquence. De plus, il est préférable de donner ces médicaments avec un repas en général.

Il ne faut pas utiliser plusieurs AINS différents à la fois. Ou un AINS et un corticoïde (comme la cortisone) en même temps. Cela décuple leurs effets toxiques. Le AINS peuvent également interagir avec d’autres médicaments (certains anticoagulants, diurétiques, IECA…).

On doit éviter les AINS chez les chiens déjà atteints de certaines maladies (ulcères digestifs, insuffisance rénale, hépatique ou cardiaque, troubles hémorragiques…).

Il est donc très important de respecter les recommandations de votre vétérinaire (type de médicament, dose, mode d’administration, durée du traitement…)

vétérinaire
Créfits : Freepik

Peut-on donner des médicaments pour humains à son chien (ibuprofène, aspirine, paracétamol…) ?

Il ne faut jamais donner de médicaments à usage humain à son chien sans l’avis d’un vétérinaire. Les doses humaines et animales ne sont pas les mêmes, le chien risque donc un surdosage. Et les chiens ont du mal à métaboliser certains médicaments bien supportés par l’homme.

C’est par exemple le cas du paracétamol qui peut causer des nécroses du foie et une altération de l’hémoglobine des globules rouges chez le chien. L’ibuprofène et l’aspirine peuvent également être très dangereux pour nos amis à fourrure. L’automédication est donc à proscrire. Chaque année, l’ingestion de médicaments pour humains est responsable d’un grand nombre d’intoxications et de décès canins.

Vous aimerez aussi :

7 comportements qui montrent que votre chien souffre

La fièvre chez le chien : causes, symptômes et traitement

Arthrite chez le chien : tout ce qu’il faut savoir !