in

Le Briard, l’essentiel à savoir sur ce gros nounours

Rate this post

Le Briard, ou Berger de Brie, est une grosse boule de poils avec un cœur en or. Meilleur ami des enfants, fidèle compagnon des adultes, il ne manquera pas de plaire à toute la famille ! Sociable, doux, amical et protecteur, c’est un chien français comme on les aime. Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce gros nounours !

Cette race est classée dans le groupe 1 « chiens de berger et de bouvier », au numéro 113 (FCI).

1. La petite histoire

Il s’agit d’une race française originaire des plaines du bassin parisien. Elle est décrite dès le XIVème siècle dans le Livre de chasse de Gaston Phébus. Le nom « chien de Brie », quant à lui, apparaît pour la 1ère fois en 1809 dans le Cours complet d’agriculture de l’abbé Rozier. Les chiens de berger à poil court y sont appelés « Beauceron » et ceux à poil long « chiens de Brie ». Ces deux groupes deviennent des races à part entière durant la 2ème partie du XIXème siècle : leur dénomination est alors officialisée et leurs caractéristiques clairement définies.

La race se popularise en 1863, après l’exposition canine de Paris durant laquelle une Briarde nommée Charmante remporte le prix d’honneur. C’est en 1985 qu’un Berger de Brie est enregistré pour la 1ère fois au LOF (Livre des Origines Française). Il s’appelle Sans-Gêne. Un an plus tard, le Club Français du Chien de Berger est créé, suivi par le Club des Amis du Briard en 1909 et l’Association du Berger de Brie en 1988.

Briard
Crédits : Svenska Mässan / Flickr

2. Une origine mystérieuse

On ne connaît pas l’origine exacte de cette race. Elle est sûrement très ancienne et serait liée au « chien des Tourbières » de l’époque préhistorique. Il existe différentes théories. Certains pensent que le Briard proviendrait du croisement entre le Barbet et d’anciennes races de bergers mal identifiées. D’autres déclarent qu’il serait issu du croisement entre le Barbet et le Beauceron.

Divers ouï-dire circulent également. On raconte que le Berger de Brie était déjà présent sous Charlemagne et que le souverain en possédait un. D’autre part, Napoléon, Lafayette et Thomas Jefferson auraient aussi eu une de ces boules de poils.

3. Un physique de gros nounours

Le pelage est très long, abondant et hirsute. Il forme une moustache, une barbe et des sourcils qui masquent souvent les yeux. Son caractère sec lui vaut l’appellation de « poil de chèvre ». Il est de couleur noire, fauve, fauve charbonnée, grise ou bleue, mais certaines parties peuvent être plus claires ou grisonnées. Les couleurs foncées sont particulièrement appréciées et les robes marrons, acajou, blanches ou bicolores sont exclues.

Dans l’ensemble, c’est un animal de grande taille : 62-68 cm au garrot pour les mâles, 56-64 cm pour les femelles, le tout pour un poids de 25 à 40 kg. Le corps est médioligne, bien proportionné, musclé et souple. Sa longueur est légèrement supérieure à sa hauteur. Les pattes arrière portent un double ergot très caractéristiques. La queue est entière, bien fournie, portée basse et se termine en forme de crochet. La tête, quant à elle, est assez longue et présente un stop marqué à mi-distance entre les naseaux et le sommet du crâne. On finit avec les oreilles qui sont courtes, non plaquées et attachées haut.

briard
Crédits : Lornadandy / Pixabay

4. Un protecteur sans faille

Le Briard est un fidèle chien de garde. Une vieille légende du Moyen Âge raconte que, suite à l’assassinat de son maître, Sir Aubry de Montdidier, un Briard a passé des mois à rechercher le meurtrier sans relâche, permettant ainsi sa capture. Le roi a alors ordonné un combat entre le chien et l’assassin pour que justice soit faite. L’animal en est sorti vainqueur. Une statue du duel a même été érigée afin de commémorer son obstination et sa fidélité.

Par ailleurs, le Berger de Brie a aussi été utilisé par l’armée durant les deux guerres mondiales. Il servait de sentinelle et d’ambulancier (recherche de blessés sur les champs de bataille). De nos jours, on l’emploie comme chien d’avalanche, chien d’aveugle ou pour le pistage. C’est également un très bon chien de berger. En effet, il a longtemps été sélectionné pour son aptitude à garder les troupeaux.

5. Un chien de famille

Le Briard est très sociable, doux, tendre et affectif. En général, il s’entend à merveille avec les enfants : c’est un compagnon de jeu idéal, un complice, un ami, un frère et une grosse peluche à aimer. Mais sa gaieté, sa sensibilité, sa mémoire d’éléphant et son intelligence plairont aussi aux plus âgés. Nul doute que ce toutou va vite conquérir le cœur de toute la maisonnée !

Un bon point est qu’il s’agit d’un animal au caractère plutôt équilibré : ni agressif ni peureux. Toutefois, il ne supporte pas la solitude et a besoin de compagnie, d’amour et d’interactions pour se développer sainement. Alors n’hésitez pas à le faire participer à vos activités de famille !

Briard
Crédits : Pete beard / Flickr

6. Un prix correct mais un entretien conséquent

Son pelage abondant peut s’avérer difficile à entretenir. Ses longs poils mesurent 7 cm en moyenne. Il est donc conseillé de les brosser au moins deux fois par semaine afin de les maintenir en état et d’éviter les nœuds. Donc si vous n’avez pas beaucoup de temps ou si le brossage est une activité qui vous paraît bien fastidieuse, le Berger de Brie n’est peut-être pas la race qu’il vous faut. Pour ce qui est du budget entretien, il est assez similaire à celui des autres grandes races. Quant au prix d’achat, il varie autour de 700 à 1000€.

Le Berger de Brie est aussi un animal énergique et plein de vivacité. C’est un grand sportif qui a besoin de se dépenser. Par conséquent, il faut également prévoir du temps pour l’emmener en balade et le laisser galoper un peu ! Pour terminer, sa taille imposante requiert une bonne éducation afin d’établir une hiérarchie claire et de bien contrôler l’animal.

briard
Crédits : Lornadandy / Pixabay

7. Une bonne santé malgré quelques prédispositions

Le Briard est un animal rustique et robuste. De manière générale, il a plutôt une bonne santé. Son espérance de vie tourne autour de 10-12 ans. Mais comme beaucoup de chiens de grande taille, il est sujet aux dysplasies de la hanche (touchant environ 20% des Briards) et au syndrome de dilatation-torsion de l’estomac.

Cette race est aussi prédisposée à la cécité nocturne. Il existe un test génétique pour la dépister. On peut le faire avant la mise à la reproduction afin d’éviter de transmettre l’anomalie à la descendance. C’est une affection qui se manifeste par une perte de vision lorsque la luminosité est faible, voire une cécité nocturne totale. Environ 11% des Briards sont porteurs, cependant beaucoup sont porteurs sains : ils n’ont pas de symptômes, mais si on les croise avec un autre porteur sain, cela peut donner naissance à des chiots malades.

Certaines autres prédispositions ont également été rapportées : problèmes urinaires (ex : ectopie urétérale), orthopédiques (ex : panostéite éosinophilique), hormonaux (ex : hypothyroïdie), oculaires (ex : anomalies du canal lacrymal, éversion du cartilage de la membrane nictitante)…

Briard
Crédits : Petr Dadák / Flickr

Vous aimerez aussi :

Beauceron : l’essentiel à savoir sur ce chien de garde au cœur tendre

Berger Australien : l’essentiel à savoir sur ce chien unique !

Le Berger Belge, l’essentiel à savoir sur ce bel animal