in

Beauceron : l’essentiel à savoir sur ce chien de garde au cœur tendre

crédits : christels/pixabay

Le Beauceron, ou Berger de Beauce, est un chien de garde au cœur tendre. Vif, énergique, imposant et fidèle, il protégera sa famille comme personne ! Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce bel animal !

Cette race est classée dans le groupe 1 « chiens de berger et de bouvier », au numéro 44 (Fédération Cynologique Internationale).

1. La petite histoire

C’est un chien français originaire des plaines du bassin parisien. Le termebeauceron” apparaît en 1809 dans le Cours complet d’agriculture de l’abbé Rozier. Il désigne tous les chiens de berger à poil court. Ceux à poil long sont appelés “chiens de Brie. Ces deux groupes deviennent des races à part entière durant la deuxième partie du XIXème siècle : leur dénomination  est officialisée et leurs caractéristiques clairement définies.

Leur première apparition officielle a lieu lors de l’exposition canine de Paris de 1863, durant laquelle 13 Beaucerons sont exposés. En 1896, le Club Français du Chien de Berger apparaît, suivi par Le Club des Amis du Beauceron en 1911. De nos jours, cette race est assez répandue en France, cependant elle reste bien plus rare à l’étranger.

2. Un physique imposant

C’est un chien assez grand. Les mâles font entre 65 et 70 cm en moyenne. Les femelles sont légèrement plus petites : entre 63 et 68 cm. Ce berger pèse entre 27 et 37 kg. Sa poitrine est large et son corps bien musclé. Sa tête est allongée, avec un front et un chanfrein de longueurs similaires et un stop peu marqué. Il a des oreilles en pointe qui peuvent être semi-dressées ou tombantes. Ses yeux sont sombres. Sa queue est entière, portée basse et se termine par un crochet en forme de « J ».

Comme son cousin le Briard, le Beauceron a des pattes arrière caractéristiques avec un double ergot. Son pelage est dur, court (2-3 cm) et complété d’un sous-poil fin et duveteux. Sa robe peut être de différentes couleurs. On retrouve 2 variétés principales : l’arlequin et le bas-rouge. L’arlequin a un pelage noir, feu et gris. Quant au bas-rouge, il est bicolore noir et feu. Le rouge se situe surtout au niveau des joues, des yeux, de la gorge, de la poitrine, sous la queue et sur les pattes.

chien beauceron
Crédits : christels/Pixabay

3. Un chien de garde au cœur tendre

Le Beauceron est un chien de garde et de défense dans l’âme. Son physique imposant, solide, musclé et athlétique se prête parfaitement à cette fonction. Il en va de même pour son caractère vif, dynamique, hardi et vigilant. D’un œil méfiant, il localise les intrus, surveille les étrangers et garde sa maison. Il est assez territorial.

Cependant c’est également un chien de compagnie fidèle, calme, affectueux et intelligent. Son instinct protecteur et sa loyauté en feront un allié hors-pair qui protégera son maître à tout prix. La police et les secouristes l’utilisent parfois. Il a également prêté main forte à l’armée durant la Seconde Guerre Mondiale. C’est aussi un chien de berger : courageux dans le travail, il peut aider les fermiers et conduire les troupeaux en élevage bovin et ovin.

chien beauceron
Crédits : 947051/Pixabay

4. Un animal qui a besoin d’espace et d’exercice

C’est un athlète qui a besoin de longues promenades régulières. Il doit pouvoir se dépenser. N’hésitez pas à partir en jogging ou en balade à vélo avec lui. La pratique de sports canins (agility…) est aussi une bonne option.

En ce qui concerne son lieu de vie, le Beauceron ne peut pas vivre enfermé dans un petit appartement. Il lui faut de l’espace. Un grand jardin est un plus. C’est important pour son bien-être, certes, mais également pour son comportement car s’il vit dans de mauvaises conditions, il peut devenir plus caractériel.

5. Une bonne éducation est nécessaire

Sa puissance physique requiert une éducation parfaite afin de le maîtriser et d’éviter tout problème. Il peut avoir tendance à vouloir dominer, ce pourquoi il est important d’instaurer une hiérarchie claire. Attention cependant à ne pas être violent : c’est totalement contre-productif.

Le Beauceron requiert donc une éducation ferme, stricte mais également aimante, affective et non violente. Il deviendra alors un animal obéissant, doux et sociable. Sa maturité est assez tardive donc il faut faire preuve de patience avec ce grand enfant. Il est aussi important de lui faire rencontrer d’autres chiens dès le plus jeune âge afin de le socialiser.

chiot beauceron
Crédits: katy001/Pixabay

6. Un entretien peu complexe et un prix abordable

Son physique est assez aisé à entretenir. Ses poils courts sont faciles à laver et à brosser. Un bain régulier suffit à les maintenir en état. On rajoute un bon entretien des griffes, un brossage de dents 2 fois par semaine, des détartrages réguliers, et le tour est joué !

Il a cependant un appétit très développé, ce qui augmentera le budget alimentation (lui-même très variable selon la marque de croquettes choisie). Il faut ajouter à cela les frais vétérinaires habituels (vaccins, antiparasitaires, éventuelles maladies…) et le prix d’achat (750€ en moyenne).

7. Une santé solide

Des années de sélection ont fait du Beauceron un animal résistant et robuste. Il a une espérance de vie de 10 à 12 ans en moyenne.

Mais comme beaucoup de chiens de grande taille, le Beauceron est sujet aux dysplasies de la hanche et au syndrome de dilatation – torsion de l’estomac. La dysplasie de la hanche est une malformation progressive qui peut engendrer des boiteries postérieures, des difficultés à se lever, ou des douleurs. Elle peut évoluer en arthrose.

Quant au syndrome de dilatation – torsion de l’estomac, c’est une urgence vétérinaire car il est potentiellement fatal. Il est dû à une distension de l’estomac par des aliments ou du gaz, engendrant une rotation de celui-ci et donc une occlusion digestive doublée d’un blocage local de la circulation sanguine. L’animal tente de vomir en vain, il devient très abattu (choc) et son abdomen se distend.

On a également rapporté certaines autres prédispositions : des problèmes dermatologiques (ex : dermatite atopique, dermatomyosite, alopécie des mutants de couleurs), oculaires (ex : entropions), orthopédiques (ex : panostéite éosinophilique) ou reproducteurs (ex : dystocies dues à des malformations vulvo-vestibulaires).

Vous aimerez aussi :

Berger Allemand : l’essentiel à savoir sur ce chien fidèle !

Labrador et Golden Retriever : points communs et différences

Husky de Sibérie : l’essentiel à savoir sur ce chien aux airs de loup