in

Cystite chez le chien : causes, symptômes et traitement

Crédits : Mike Burke/Unsplash

La cystite est une maladie fréquente. C’est une inflammation de la vessie. Chez le chien, il s’agit d’une infection la plupart du temps, cependant d’autres causes sont également possibles (ex : cystites idiopathiques non infectieuses du chat). Les cystites récidivantes sont souvent liées à un facteur prédisposant (diabète, calcul urinaire…) qu’il faudra également rechercher et traiter.

Les causes de cystite chez le chien

Le plus souvent, il s’agit d’une infection bactérienne : Escherichia coli est numéro 1 sur le podium ! Dans 20% des cas, il y a aussi un second pathogène (ex : staphylocoque, streptocoque, entérocoque…).

Ce sont surtout des infections ascendantes, c’est-à-dire que la bactérie provient par exemple de la peau ou des excréments, puis elle remonte le long de l’urètre jusqu’à la vessie.

Les autres causes moins courantes sont : une infection d’origine iatrogène (causée par un sondage urinaire par exemple), hématogène (provenant d’ailleurs dans l’organisme et véhiculée par le sang) ou une extension à partir de tissus adjacents.

bactérie
Crédits : Sbtlneet/Pixabay

Les facteurs de risque

Différents facteurs peuvent favoriser l’apparition d’une cystite : des maladies (diabète, syndrome de Cushing, hyperthyroïdie, maladie rénale chronique, incontinence ou rétention urinaire, calculs…), des troubles de l’anatomie des structures urinaires (trauma, uretère ectopique, sténose, tumeur, polype…) ou certains médicaments (corticoïdes).

Les femelles sont plus touchées que les mâles car leur urètre est bien plus court, or nous avons vu précédemment que ce sont surtout des infections ascendantes.

Les symptômes lors d’une cystite chez le chien

Les signes sont assez caractéristiques. Votre chien urine de très faibles quantités un peu tout le temps (pollakiurie). Il a beaucoup de mal à uriner (dysurie), c’est assez douloureux pour lui (strangurie). L’urine peut avoir une odeur ou une couleur anormale (sang, aspect trouble…). Votre chien peut aussi se mettre à lécher ses parties génitales.

Comment se passe le diagnostic ?

Au vu des symptômes, s’il suspecte une cystite, votre vétérinaire prescrira une analyse urinaire pour confirmer le diagnostic. La plupart du temps, pour des raisons de praticité, celle-ci se fait sur un échantillon prélevé lorsque votre chien urine. Cependant ce n’est pas une technique très fiable. En effet d’autres moyens bien plus sûrs existent tels qu’un sondage urinaire chez les chiens mâles (insertion d’un tube dans la vessie en remontant via l’urètre) ou une cystocentèse (ponction de la vessie à travers la paroi abdominale). L’échantillon est ensuite analysé au microscope et à l’aide d’une bandelette urinaire afin de détecter toute anomalie (cristaux pathologiques, globules rouges ou blancs, bactéries…).

Certains autres examens pourront également être demandés afin de rechercher un facteur prédisposant. C’est très important lors de cystites récidivantes. Une échographie ou une radiographie peuvent déceler une anomalie au niveau des structures urinaires ou des signes de calculs. Une prise de sang permet de tester la présence de certaines maladies (comme le diabète).

femme regadans dans un microscope
Crédits : Fernandozhiminaicela/Pixabay

Le traitement de la cystite chez le chien

Lors d’une infection urinaire simple, non compliquée, votre vétérinaire prescrira 1 à 2 semaines d’antibiotiques. Il pourra également rajouter des antalgiques pour soulager la douleur. En complément, il faut encourager l’animal à boire beaucoup (lui proposer de l’eau fraîche à volonté, mettre des gamelles un peu partout…).

Lors d’une infection compliquée ou récurrente, votre vétérinaire prescrira une antibiothérapie plus longue choisie sur base de l’antibiogramme. C’est un test de laboratoire consistant à identifier la bactérie en cause et à déterminer les antibiotiques auxquels elle est le plus sensible. Il faudra également traiter tout facteur prédisposant repéré.

médicaments
Crédits : Pxhere

Les complications possibles

Il arrive parfois que les bactéries se propagent au delà de la vessie et continuent leur ascension jusqu’aux reins. On parle alors de pyélonéphrite. C’est une maladie plus sérieuse qui nécessitera donc un traitement plus fort et plus long.

Vous aimerez aussi :

4 raisons qui expliquent pourquoi mon chien fait de nouveau ses besoins à l’intérieur !

La fièvre chez le chien : causes, symptômes et traitement

La leptospirose du chien : une maladie transmissible à l’homme