in

La vaccination du chien : quand, comment et contre quoi ?

Crédits : andriano_cz/iStock

La vaccination du chien est un acte essentiel qui permet de protéger la santé de son animal. Toutefois, ses modalités ne sont pas toujours très bien comprises. Voici donc un article pour éclaircir la situation. Comment ça marche les vaccins ? Sont-ils obligatoires ? Contre quoi vacciner ? À quel âge ? Faut-il faire des rappels tous les ans ? On vous explique tout ça !

Comment ça marche les vaccins ?

Le système immunitaire est un outil précieux qui permet à notre corps de se défendre contre les microbes. Il se compose de différentes cellules dont les lymphocytes B et T, des petits soldats qui patrouillent en permanence dans l’organisme via les vaisseaux sanguins et lymphatiques. Parfois, ils rencontrent des antigènes. Ce sont des substances qu’ils reconnaissent comme étrangères et qu’ils attaquent. Pour ce faire, ces lymphocytes s’activent, se multiplient, et se différencient en cellules effectrices (luttant contre l’infection actuelle : lymphocyte T cytotoxiques, plasmocytes producteurs d’anticorps…) ou en cellules mémoires (utiles pour les infections futures).

Lors d’une première rencontre avec un antigène spécifique, la réponse n’est pas très efficace. Mais lors des rencontres suivantes, la présence de lymphocytes mémoires permet une réponse beaucoup plus rapide et beaucoup plus efficace. C’est le but de la vaccination : créer des cellules mémoires via une réaction inoffensive (vaccination), afin d’avoir directement des défenses efficaces lors d’une attaque dangereuse (véritable infection).

vaccination
Crédits : vecteurs Freepik

Contre quoi vacciner ?

Les vaccins essentiels

Ce sont les vaccins « core ». Il protègent contre des maladies mortelles. On les recommande à tous les chiens, peu importe les circonstances.

– La maladie de Carré. Ce virus cause une infection très grave qui atteint de nombreux organes. Le chien développe des problèmes nerveux, respiratoires, digestifs, cutanés…

– L’hépatite infectieuse canine ou maladie de Rubarth. Qui dit hépatite, dit atteinte du foie. Toutefois, le virus va bien plus loin que ça. La maladie se généralise : atteinte des reins, de l’œil (qui devient bleu), du système nerveux, des poumons, hémorragies…

– La parvovirose. C’est un virus qui cause des gastro-entérites hémorragiques extrêmement graves.

Les autres vaccins

Ce sont les vaccins « non-core ». On les recommande en fonction des risques auxquels le chien est exposé. Cela varie en fonction de son mode de vie, de son environnement, de sa localisation géographique…

– La leptospirose. Il s’agit presque d’un vaccin « core », la grande majorité des chiens sont vaccinés contre les leptospires. Ces sont des bactéries qui attaquent de nombreux organes (reins, foie, système digestif…). Elles se transmettent surtout par les rongeurs et les eaux stagnantes (lacs, étangs, flaques…). La maladie peut aussi se transmettre à l’homme.

– La toux du chenil. Le vaccin est vivement conseillé aux animaux en collectivité (pension, refuge, élevage, et autres rassemblements canins). C’est une maladie respiratoire très contagieuse causée par différents agents (virus et bactéries).

– La rage. Le vaccin est très important si vous voyagez à l’étranger. Le virus s’en prend au système nerveux de votre chien. Il peut également se transmettre à l’homme et à divers animaux (renards, chats, furets…).

– La maladie de Lyme. On préconise ce vaccin si votre chien se promène beaucoup dans la nature (forêt…) car c’est une infection bactérienne qui se transmet par les piqûres de tiques. Elle peut aussi toucher l’homme et de nombreux animaux. La forme aiguë s’attaque aux articulations (arthrite) et la forme chronique cible divers organes comme les reins.

– La piroplasmose. Le vaccin est également conseillé si votre chien se promène dans des zones boisées, et ce pour les mêmes raisons (transmission par des tiques). La maladie est due à un parasite qui détruit les globules rouges et cause une grave anémie.

– La leishmaniose. On recommande la vaccination aux chiens qui vivent ou partent en vacances en région méditerranéenne car la maladie se transmet par des moustiques y vivant (les phlébotomes). L’agent pathogène est un parasite. Il se développe dans certains globules blancs et cause des symptômes très divers : maigreur extrême, perte de poils, lésions cutanées, problèmes oculaires, diarrhées, troubles urinaires…

– L’herpèsvirus canin. Il est parfois recommandé si on met sa chienne à la reproduction afin de protéger ses chiots. La maladie provoque des troubles génitaux, des avortements et une maladie hémorragique très grave chez les nouveaux-nés.

chien vaccin
Crédits : LightFieldStudios/iStock

À quel âge vacciner ?

Les chiots trop jeunes

Les mères transmettent leurs anticorps à leurs chiots via l’allaitement peu après la naissance (via le premier lait appelé « colostrum »). Mais cela interfère avec toute tentative de vaccination. C’est pour ça qu’on ne vaccine pas les chiots trop tôt, bien qu’ils soient plus fragiles et donc bien plus sujets aux infections violentes : 1) ça n’est pas nécessaire car les anticorps maternels les protègent déjà pendant les premiers mois de vie, 2) ça n’est de toute façon pas efficace car l’immunité maternelle interfère avec les vaccins.

La primo-vaccination

Les modalités exactes varient beaucoup en fonction de la maladie et du vaccin utilisé, chacun a sa notice. La plupart du temps, la primo-vaccination s’effectue en 2 injections à 3-4 semaines d’intervalle. Quelques vaccins n’en nécessitent qu’une : rage, certains vaccins cores (chien > 3 mois), contre la toux du chenil ou la leishmaniose. D’autres nécessitent 3 injections : certains vaccins cores (chiens < 3 mois) et certains vaccins contre la leishmaniose.

Au niveau de l’âge minimum, certains vaccins se font dès 3 semaines (toux du chenil), d’autres à partir de 6-8 semaines (vaccins cores, leptospirose), 3 mois (rage, maladie de Lyme), 5 mois (piroplasmose) ou 6 mois (leishmaniose). Quant à l’herpèsvirus, la première injection se fait 7-10 jours après l’accouplement et la seconde 1-2 semaine avant le mise bas.

Soyez prévoyants !

Attention, votre chien n’est pas immédiatement immunisé dès qu’il a reçu sa piqûre, il y a une période de quelques semaines (selon le vaccin) entre l’injection et la mise en place de l’immunité. Il faut donc effectuer le vaccin un peu avant les périodes à risque (voyage à l’étranger, pension…).

chiot
Crédits : Julian Dutton/Unsplash

Quand faut-il faire les rappels ?

Le premier rappel

Le premier rappel est un acte très important. Sa bonne exécution conditionne la réussite de la vaccination. Il doit se faire 1 an après la primo-vaccination.

Les rappels suivants

Par la suite, les rappels peuvent être plus espacés selon le produit utilisé. Pour les 3 vaccins cores et la rage, certains produits permettent de faire un rappel tous les 3 ans. Pour l’herpèsvirus, les rappels se font à chaque gestation. Toutefois, pour les autres maladies les rappels sont annuels. Si on rate une échéance, il faudra refaire tout le protocole de primo-vaccination.

Les vaccins sont-ils obligatoires ?

En France, les vaccins ne sont pas obligatoires, à part dans certaines situations particulières.

La rage est obligatoire si :
– vous voyagez à l’étranger avec votre chien.
– Votre chien fait partie des chiens de catégorie 1 et 2 (chiens dangereux).

Certains établissements particuliers (chenils, campings…) peuvent également exiger diverses vaccinations à titre personnel (rage, toux du chenil, vaccins « cores »…).

Vous aimerez aussi :

La maladie de Carré : cause, symptômes et traitement

La leptospirose du chien : une maladie transmissible à l’homme

La rage chez le chien : tout savoir sur cette maladie mortelle !